Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort de Steve à Nantes : le point sur les enquêtes en cours

-
Par , France Bleu, France Bleu Loire Océan

Le gouvernement a promis mardi de "faire toute la lumière" sur la mort de Steve Maia Caniço qui avait disparu le soir de la fête de la musique à Nantes. Edouard Philippe saisit l'inspection générale de l'administration et le parquet de Nantes ouvre une enquête pour homicide involontaire.

Des bougies portant la mention "Steve" devant la fontaine de la Place Royale à Nantes teintée en rouge.
Des bougies portant la mention "Steve" devant la fontaine de la Place Royale à Nantes teintée en rouge. © AFP - LOIC VENANCE

Tout s'est donc accéléré mardi. L'autopsie a permis de confirmer que le corps retrouvé dans la Loire était bien celui de Steve. Pratiquement dans le même temps, le parquet de Nantes a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour homicide involontaire.  Et dans l'après-midi, Edouard Philippe, le Premier ministre, annonce la saisie de l'inspection générale de l'administration.

L'intervention des forces de l'ordre justifiée

Le rapport de l'IGPN n'établit "pas de lien" entre l'intervention de la police, qui était "justifiée" et "la disparition de Steve Maia Caniço", a déclaré mardi après-midi à Matignon, le Premier ministre. 

Édouard Philippe dévoilait ainsi les conclusions d'un rapport en date du 16 juillet et dont seule une synthèse de dix pages a été remise à la presse. 

Cette opération des forces de l'ordre répondait à des jets de "très nombreux projectiles en tout genre sur les policiers", affirme le rapport commandé le 24 juin dernier, afin de faire la lumière sur ce qui s'est passé sur les quais de Loire à Nantes le 21 juin, lors de la Fête de la musique. A la suite d'une opération policière controversée, 14 personnes sont tombées à l'eau. 

La mairie de Nantes, la préfecture et les organisateurs pointés du doigt

Malgré les conclusions de la police des polices, Edouard Philippe a reconnu que "plus de cinq semaines après les faits, le déroulement de cette soirée, l'enchaînement des faits, restent confus" et que plusieurs interrogations demeurent après l'identification mardi du corps de Steve Maia Caniço, repêché la veille dans la Loire. 

Il a donc annoncé la saisie de "l'Inspection Générale de l'Administration pour aller plus loin et comprendre les conditions d'organisation de l'événement par les pouvoirs publics, mairie et préfecture, ainsi que les organisateurs privés". L'inspection générale de l'administration rendra ses propres conclusions dans un mois. 

Le contexte des gilets jaunes

L'IGPN relève que la mairie de Nantes n'avait embauché que deux agents de sécurité pour éviter les chutes dans le fleuve alors qu'il y avait 10 scènes musicales et que le barriérage n'allait pas jusqu'au bout du quai

L'IGPN s'interroge également sur la stratégie engagée par le commissaire divisionnaire qui, en voulant faire couper la musique à 4h20, a créé des tensions avec la foule. L'arrivée des CRS en renfort et l'arrêt des jets de lacrymo ont permis un retour au calme.

Enfin la préfecture aurait, selon la police des police, sous-dimensionné l'effectif des forces de l'ordre, malgré les récentes manifestations des gilets jaunes. 

"S'il y a faute, il y aura sanction"

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, dans un entretien à Ouest-France ce mercredi matin promet des sanctions. "Ma ligne est très claire, elle n’a pas bougé d’un iota : s’il y a doute, il y a enquête ; et s’il y a faute, il y aura sanction", affirme le ministre de l'Intérieur. 

L'avocat de la famille dénonce une "affaire d'état"

Une centaine de personnes s'est rassemblée mardi soir à 17h sur l'Ile de Nantes après la déclaration du Premier ministre, à l'endroit ou le corps de Steve a été retrouvé, pour lui rendre hommage mais aussi pour exprimer leur colère. 

L'avocate de la famille de Steve dénonce une affaire d'Etat.

De son coté la justice a ouvert une information judiciaire pour "homicide involontaire". Le parquet de Nantes a confié l'affaire à deux juges d'instruction.