Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort de Steve : "Nous n'avons pas dédouané les forces de police" affirme la directrice de l'IGPN

-
Par , France Bleu, France Bleu Loire Océan

La patronne de l'IGPN, la police des polices, répond aux critiques ce samedi sur le site de L'Obs. Brigitte Jullien affirme ne "pas avoir dédouané" la police dans le rapport sur l'intervention des forces de l'ordre la nuit de la fête de la musique à Nantes.

Brigitte Jullien, la directrice de l'IGPN
Brigitte Jullien, la directrice de l'IGPN © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

"C'est faux" : Brigitte Jullien, la patronne de l'IGPN, la police des polices, l'affirme chez nos confrères de L'Obs ce samedi. Elle n'a pas "dédouané les forces de police" dans le rapport autour de leur intervention le soir de la fête de la musique à Nantes. Soirée où Steve Maia Caniço est tombé dans la Loire.

"Nous n'avons pas dédouané les forces de police, c'est ce que l'on entend en boucle depuis des jours, mais c'est faux." - Brigitte Jullien, patronne de l'Inspection générale de la police nationale

Ce fameux rapport n'a pas établi de lien entre l'intervention de la police, qui était"justifiée" et "la disparition de Steve Maia Caniço". L'opération répondait à des jets de "très nombreux projectiles en tout genre sur les policiers", selon le document commandé afin de faire la lumière sur ce qui s'est passé sur les quais de Loire à Nantes. A la suite d'une opération policière controversée, 14 personnes sont tombées à l'eau. 

"Pas écrit sur un coin de table"

Pour Brigitte Jullien, "les gens attendaient absolument une condamnation de la police, aucune autre réponse n'était entendable à ce moment-là".  "Une enquête judiciaire a été ouverte [...]. Les témoins seront interrogés. L'enquête administrative n'a pas cette fonction", a ajouté David Chantreux, chef de l'unité de coordination des enquêtes de l'IGPN.

Ce rapport est très critiqué par les proches de Steve Maia Caniço, tout comme certaines personnalités politiques. Vendredi, Christophe Castaner lui-même avait convenu qu'il y avait encore un "questionnement sur l'utilisation des lacrymogènes". 

Dans cette affaire, Édouard Philippe a annoncé la saisie de l'inspection générale de l'administration.

Choix de la station

France Bleu