Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort de Tony à Reims : le beau-père, la mère et un voisin seront jugés

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Un peu plus de trois ans après la mort du petit Tony à Reims, l'instruction est terminée. Le beau-père et la mère sont renvoyés devant la cour d'assises. Un voisin sera jugé pour "non-dénonciation".

La mort de Tony en novembre 2016
La mort de Tony en novembre 2016 © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

La mort du petit Tony, 3 ans, en novembre 2016 avait ému toute la France. Un enfant tombé sous les coups dans le huis clos de l'appartement familial, quartier des Châtillons à Reims : Tony, souffre-douleur apparent du beau-père. Il avait succombé à des coups de poing dans le ventre. Un peu plus de trois ans après les faits, le journal 20 Minutes a révélé que l'instruction était close. L'ordonnance de mise en accusation renvoie le beau-père et la mère de Tony devant la cour d'assises. Lui pour"violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" et elle pour "non-assistance à personne en péril "et "non-dénonciation de mauvais traitements".

Un voisin comparaîtra pour n'avoir rien dit 

Renvoyé également devant la justice - mais devant le tribunal correctionnel cette fois - : un voisin du couple. ll avait été mis en examen en mars 2018 pour "non-dénonciation de mauvais traitements". L'enquête aurait permis d'établir que Tony subissait des violences depuis plusieurs semaines et que le voisin n'avait rien osé dire de peur des représailles. L'association Innocence en danger est partie civile dans ce dossier, elle avait demandé des poursuites contre le voisin. 

Un message fort de la part de la justice française, Homaya Sellier, présidente d'Innocence en danger

Sa présidente-fondatrice, Homaya Sellier est donc ravie que ce voisin soit jugé. Une première, à sa connaissance : "Il y a trop d'enfants qui sont morts à cause de l'inaction, de l'inertie est de l'indifférence de nombreuses personnes qui les ont croisés, et qui auraient pu faire en sorte qu'ils soient encore en vie, martèle-t-elle. C'est un message fort de la part de la justice française, qui réveille les consciences des Français". 

"Un message fort de la part de la justice française", pour Homaya Sellier

Si le beau-père reste incarcéré - il encourt trente ans de réclusion criminelle - la mère de Tony est en liberté dans l'attente du procès. Elle risque une peine de cinq ans de prison. En novembre 2016, quand les pompiers  ont été appelés pour secourir l'enfant, elle aurait dans un premier temps parler d'une mauvaise chute avant de reconnaître que Tony était battu par son compagnon.