Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort de trois enfants après un naufrage au large de Coutainville : "On voyait juste le nez du bateau"

Le naufrage d'une vedette de plaisance a fait trois morts lundi au large d'Agon-Coutainville dans la Manche. Trois enfants de 7 et 11 ans n'ont pas pu être ranimés malgré d'importants moyens de secours. « Jamais je n'avais fait une telle intervention », raconte Pascal Dutot, de la SNSM.

Trois enfants sont morts dans le naufrage d'un bateau de plaisance au large de Coutainville
Trois enfants sont morts dans le naufrage d'un bateau de plaisance au large de Coutainville © Radio France - Lucie Thuillet

Au lendemain du naufrage d'une vedette de plaisance au large de Coutainville dans la Manche, l'émotion est encore vive ce mardi matin. Trois enfants de 7 et 11 ans sont morts. Les trois adultes qui les accompagnaient ont été éjectés. Ils ont été secourus par les membres d'une école de voile voisine et les équipes de la SNSM, dont celle du poste d'Agon-Coutainville. Mais les enfants bloqués de longues minutes dans la cabine du bateau n'ont pas pu être sauvés. 

« On est arrivé sur zone, le bateau était déjà retourné, on voyait juste le nez du bateau et les carreaux de la cabine », explique Pascal Dutot, le président de la SNSM de Coutainville, « Deux personnes, dont une personne de l’école de voile, ont essayé de casser le pare-brise du bateau pour dégager les enfants qui étaient à l’intérieur. Ils ne disposaient pas de marteau alors ils ont utilisé une ancre »

Après avoir cassé le plexiglas, ils ont pu extraire les trois enfants de la cabinet du bateau, les uns après les autres, et les ramener sur la plage. Les enfants n'ont pas pu être ranimés. 

« Le bateau a pris une lame. La mer est rentrée par l’arrière, a rempli le bateau et s’est enfoncée petit à petit », explique Pascal Dutot. La mer était agitée ce lundi. Le président de la SNSM d'Agon-Coutainville estime que la vedette de plaisance n'était pas adaptée pour une sortie dans ses conditions. Une panne de moteur pourrait être à l'origine du drame. 

"On a pris l'ancre pour casser les vitres du bateau" (Pascal Dutot président de la station SNSM d'Agon-Coutainville)

« Ce n'était pas un temps à sortir avec des bateaux comme ça »

« Il y avait pas mal de creux, pas mal de vent, ce n’était pas un temps à sortir avec des bateaux comme ça. A part l’école de voile qui était sortie avec les catamarans, on n’a pas vu de plaisancier à l’eau. Avec un petit bateau comme ça, je ne serais pas sorti : dès qu’il y a un peu de vent pour ces bateaux-là ce n’est pas la peine », précise-t-il. 

Une enquête a été ouverte par le parquet de Coutances pour déterminer les circonstances précises du naufrage. Elle a été confiée à la brigade de gendarmerie de Coutances et à la brigade nautique de Coutances. Les gendarmes qui devront vérifier si toutes les règles de sécurité et de navigation ont été respectées.