Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Noyade de trois kayakistes : "C'est un échec, même si on a fait tout ce qu'on a pu", se désole la SNSM

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Le patron de la station des sauveteurs en mer de Cayeux-sur-Mer, Michel Souply, était l'invité de France Bleu Picardie ce lundi matin, au lendemain de l'opération de recherche des quatre kayakistes disparus en baie de Somme.

Michel Souply, le patron de la SNSM de Cayeux-sur-Mer, dimanche 12 janvier.
Michel Souply, le patron de la SNSM de Cayeux-sur-Mer, dimanche 12 janvier. © Radio France - Marc Bertrand

L'imposante opération de recherche et de secours n'aura pas suffi. Samedi soir, l'alerte lancée pour retrouver quatre kayakistes portés disparus au large de la baie de Somme s'est terminée au bout de la nuit, quand trois corps ont été retrouvés sur les plages du Crotoy. Une femme et deux hommes sont morts. Seul un garçon de 15 ans s'en est sorti vivant. 

Michel Souply, dimanche après l'opération de sauvetage

"La nuit, on peut passer à 20 mètres d'une personne sans la voir"

La station SNSM de Cayeux a participé aux secours en complément de l'hélicoptère de la marine nationale ou encore des pompiers à terre. Deux équipes en semi-rigides sont partis à la recherche des disparus, sans succès : "Pour nous c'est un échec, même si on a fait tout ce qu'il fallait", se désole le président de la station, Michel Souply, invité de France Bleu Picardie ce lundi. 

La nuit, on peut passer en bateau à 20 mètres d'une personne à l'eau et ne pas la voir

C'est la première fois depuis l'ouverture de la station en 2003 que les sauveteurs sont confrontés à un bilan aussi lourd. Les recherches ont été compliquées par l'heure de l'alerte, lancée vers 17 heures. "La nuit est tombée très vite. Quand il fait nuit, même le spot d'un hélicoptère ne voit que dans un rond assez étroit. On peut passer en bateau à 20 mètres d'une personne à l'eau et ne pas la voir", explique Michel Souply.

"C'est très surprenant" qu'ils aient été poussés jusqu'au Crotoy

Pour Michel Souply, malgré les avancées de l'enquête, c'est toujours difficile de comprendre le scénario de l'accident. Des interrogations partagées par la direction du club de kayak. "Notre première info, c'est 'face Cayeux', et on les retrouve au Crotoy. C'est très surprenant", avoue le patron de la SNSM de Cayeux. "La mer était encore descendante", les kayakistes auraient dû rejoindre Cayeux sans difficulté, tirés par le courant descendant. Et à la position où ils auraient a priori été éjectés, "ils auraient dû être ramenés vers la mer"

Il existe bien des hauts-fonds, le long du chenal de la baie de Somme, qui "provoquent des petits rouleaux très dangereux qui peuvent poser de grosses difficultés sur une si petite embarcation", et ça "même par beau temps". En tout cas, Michel Souply est clair : au moment du naufrage, "c'était pas tempête"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu