Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort du jeune Kemyl à Montigny-lès-Cormeilles : des habitants dénoncent la dangerosité du passage piéton

-
Par , France Bleu Paris

Kemyl Manys a perdu la vie après avoir avoir été percuté par un train sur un passage à niveau réservé aux piétons et aux deux-roues dans la commune de Montigny-lès-Cormeilles dans le Val-d'Oise. Depuis plusieurs années, les riverains dénoncent la dangerosité de ce passage.

Passage à niveau piéton à Montigny-lès-Cormeilles où le jeune Kemyl est mort, percuté par un train le 27 mai 2020
Passage à niveau piéton à Montigny-lès-Cormeilles où le jeune Kemyl est mort, percuté par un train le 27 mai 2020 © Radio France - Hajera Mohammad

Une marche blanche est organisée ce dimanche après-midi en l'honneur de Kemyl Manys, ce jeune de 18 ans, tué mercredi 27 mai, alors qu'il traversait avec sa moto-cross le passage à niveau piéton, situé rue Saint-Leu à Montigny-lès-Cormeilles dans le Val-d'Oise . Un train de la ligne H du Transilien l'a percuté de plein fouet. Aujourd'hui, ses proches et les riverains dénoncent la dangerosité de ce passage réservé aux deux-roues et aux piétons et réclament une sécurisation des lieux.

"La maison a tremblé"

Ce mercredi soir, lors de l'accident, Jessica, a eu très peur. Elle habite dans une maison située à 20 mètres à peine de ce passage et elle a tout entendu : "le bruit de la moto, le train qui freine, un gros boum, la maison qui tremble". Cette mère de famille est encore sous le choc. 

Pourtant, un tel drame était possible, selon elle, vu la configuration de l'endroit. Un petit passage sécurisé seulement par des petites barrières, qui sont en réalité des portails que chaque piéton et chaque cycliste peut ouvrir à sa guise pour traverser les rails et pénétrer dans le bois en face, qui mène à Beauchamp et à Franconville. "J'ai deux enfants de 5 ans et 8 ans et je ne les laisse pas jouer devant la la maison parce que c'est dangereux", assure la maman.

Passage à niveau piéton à Montigny-lès-Cormeilles où le jeune Kemyl est mort, percuté par un train le 27 mai 2020
Passage à niveau piéton à Montigny-lès-Cormeilles où le jeune Kemyl est mort, percuté par un train le 27 mai 2020 © Radio France - Hajera Mohammad

Ce passage est aussi très fréquenté par les randonneurs, les clubs de VTT, les parents qui se promènent avec leurs enfants. "Il y a même des jeunes filles la dernière fois qui se sont arrêtées pour prendre des selfies", déplore Yannick. Ce père de famille, affirme pourtant avoir alerté la mairie depuis des années, en vain.

Mort du jeune Kemil à Montigny-lès-Cormeilles : des habitants dénoncent la dangerosité du passage à niveau

Le maire demande la "fermeture immédiate" du passage

Jean-Noël Carpentier, le maire (divers gauche) de Montigny-lès-Cormeilles, assure de son côté, avoir adressé plusieurs courriers à la SNCF pour exiger des travaux : "soit de faire une passerelle, soit un passage souterrain mais malheureusement la SNCF n'a jamais fait ces travaux". Mais pour l'entreprise ferroviaire, ce passage répondait aux normes. Contactée par France Bleu Paris, SNCF Réseau assure qu'avant l'accident de mercredi soir, un seul autre accident mortel a eu lieu sur ce passage, en 2002 (sans compter les suicides). 

Désormais, une _"étude est prévue avant l'été pour proposer une solution de contournement dans l'optique d'une fermeture de ce passage piétons"assure SNCF Réseau. Mais en attendant le début d'éventuels travaux de sécurisation, le maire exige la fermeture de ce passage niveau "immédiatement"._

Marche blanche ce dimanche

Même revendication chez les proches de Kemyl. "J'en connais d'autres qui ont frôlé l'accident... tout le monde peut mourir ici", assure son grand frère, Khemsi. "C'est dangereux, il faut fermer ça". La marche blanche ce dimanche "c'est pour rendre hommage à mon frère mais aussi pour dire que ça ne peut plus continuer". 

"C'est trop dangereux, il faut fermer ce passage" - Khemsi Manys

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu