Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort suspecte à La Roche-de-Glun

dimanche 6 juillet 2014 à 11:10 - Mis à jour le lundi 7 juillet 2014 à 5:26 Par Nathalie De Keyzer, France Bleu Drôme Ardèche

48 heures après le décés d'une femme dans son lit à la Roche de Glun dans la Drôme, le mari est toujours en garde à vue. L'épouse retrouvée morte samedi matin avait des bleus et des contusions sur le visage et le corps. Mais son mari assure qu'elle s'est blessée lors d'une chute.

gendarmerie
gendarmerie - Nathalie de Keyzer

C'est pourtant l'époux qui a alerté les secours hier matin vers 9 heures et demi, mais il était déja trop tard. Sa femme une professeur d'anglais de 49 ans gisait dans son lit, sans vie. Cet habitant de La Roche-de-Glun (Drôme), âgé de 55 ans, ne s'est pas montré très clair dans ses premières explications samedi auprès des enquêteurs. Pour justifier les bleus sur le visage et les hématomes sur le corps de sa femme, il a evoqué une chute au cours de laquelle elle se serait blessée. L'homme a été placé en garde a vue où il était toujours ce dimanche matin.

Une autopsie

Afin de vérifier les explications du mari, le parquet de Valence a ordonné une autopsie. Elle a été pratiquée ce dimanche et les premières conclusions ne permettent pas d'écarter complétement l'hypothèse de la chute accidentelle même si elle reste peu probable aux yeux du magistrat du parquet. Il va donc falloir procéder à des investigations complémentaires pour comparer les éléments matériels et ceux révélés par le médecin légiste. En attendant la garde à vue du mari était prolongée ce dimanche soir.