Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Morts au Bataclan : 400 personnes rendent hommage à Marie et Mathias

Saint-Julien-lès-Metz, France

Ils font partie de tous ces jeunes, toutes ces victimes, tués par les terroristes au Bataclan le 13 novembre. Marie et Mathias formaient un couple qui s'était rencontré en Moselle. Une messe, qui a rassemblé environ 400 personnes, leur a été dédiée ce dimanche 22 novembre à Saint-Julien-Lès-Metz.

Marie et Mathias, morts au Bataclan
Marie et Mathias, morts au Bataclan © Maxppp

Originaires de Saint-Julien-Lès-Metz et d'Ancy-sur-Moselle, Marie et Mathias sont les deux Mosellans morts au Bataclan, lors de l’attaque terroriste du 13 novembre.

Une messe leur a été dédiée le dimanche 22 novembre à Saint-Julien-Lès-Metz, d’où est originaire Marie. Quelques 400 personnes ont rempli l'église, dont beaucoup de jeunes, des camarades du lycée Fabert à Metz, des copains de BMX. Mathias, 22 ans, était passionné d'acrobaties à vélo.

En couple depuis cinq ans

Ingénieur, il vivait à Paris avec Marie, 23 ans, diplômée d'une école de commerce. Ils s'aimaient depuis cinq ans. Un amour qui transpire de la photo affichée dans l'église (ci-dessus).

Ils ont été « fauchés au printemps de leur vie » commence le prêtre. « Il y aura un avant et un après, mais c'est incomparable avec la douleur des parents », assis au premier rang.

« A bientôt, je pense à toi »

Le professeur d'anglais de Marie au lycée ressort de l'église complètement sonné : « c’est plus qu’inhumain, c’est sidérant ». Comme tout le monde, il a écrit un message : « trois ans ensemble, en face à face, ça ne s’oublie pas, à bientôt, je pense à toi ».

Aux côtés de cet enseignant, son épouse continue de pleurer : « c’est toute une jeunesse qui est fauchée, ce n’est pas juste. Nos enfants ont le même âge, ils vivent un peu partout, à Paris en particulier. Cela aurait pu être eux, ils connaissent le Bataclan, ils y sont déjà allés ».

Même si cette maman ne les connaissait pas directement, elle se sent concernée.

« Chaque balle tirée, Dieu la prend en plein cœur » ce sont les mots choisis parle le prêtre Jean-Luc Henri : « cela veut dire que Dieu est toujours la victime de nos violences, la première victime de nos violences ».

Un hommage a également été rendu à un habitant de Saint-Julien-Lès-Metz, Freddy Martial, qui est mort dans l'accident de TGV en Alsace.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess