Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Menaces contre le président Macron : quatre personnes liées à l'extrême droite interpellées en Moselle

mardi 6 novembre 2018 à 13:50 - Mis à jour le mardi 6 novembre 2018 à 15:19 Par Thomas Jeangeorge et Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Six personnes liées à l'ultradroite ont été arrêtées ce mardi matin pour un projet d'action violente contre Emmanuel Macron : quatre interpellations ont eu lieu en Moselle, une en Isère et une en Ille-et-Vilaine.

Emmanuel Macron à Morhange en Moselle, lundi 5 novembre.
Emmanuel Macron à Morhange en Moselle, lundi 5 novembre. © AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Moselle, France

Quatre personnes ont été interpellées en Moselle, une femme en Isère et un homme en Ile-et-Vilaine. Selon les informations recueillies par France Bleu Lorraine Nord, ces six personnes sont liées à l'ultradroite. Elles seraient soupçonnées d'avoir projeté une action violente contre le chef de l'Etat Emmanuel Macron

Ces personnes, cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans, ont été arrêtées ce mardi matin par la DGSI, grâce à des interceptions téléphoniques, selon une source proche du dossier. En Moselle,  le RAID aurait aussi participé à ce coup de filet. Certains d'entre eux n'habiteraient pas dans le département et seraient de passage. Selon nos informations, les arrestations auraient eu lieu sur la commune de Bouzonville et dans le Thionvillois

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris "du chef d'association de malfaiteurs terroristes criminelle". Cette enquête "vise un projet, imprécis et mal défini à ce stade, d'action violente contre le président de la République", toujours selon une source proche du dossier. Selon une autre source policière, les enquêteurs sont passés à l'action car ils ne souhaitaient prendre aucun risque au moment du déplacement du président en Lorraine.

Au micro de France Bleu Nord, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner en déplacement à Maubeuge, a expliqué qu'" il y a des menaces concrètes qui ont conduit à ces interpellations. "