Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mulhouse : prison ferme pour l'agresseur sexuel de mineurs au carnaval

vendredi 12 avril 2019 à 10:24 Par Patrick Genthon, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Un homme âgé de 21 ans a été condamné mercredi par le tribunal de grande instance de Mulhouse. Il était poursuivi pour avoir agressé sexuellement cinq jeunes filles lors des festivités carnavalesques les 8 et 9 mars. Il a écopé de 15 mois de prison dont 12 avec sursis.

Illustration carnaval
Illustration carnaval © Maxppp - .

Mulhouse, France

L'homme âgé de 21 ans a été jugé mercredi en procédure de comparution immédiate devant le tribunal de grande instance de Mulhouse.

Il avait été arrêté le 9 mars dernier lors du carnaval de Mulhouse par des policiers  et se trouvait depuis en détention. L'affaire a été renvoyée une première fois afin que le prévenu puisse être vu par un psychiatre.

Lors de l'audience, rapporte le quotidien les Dernières Nouvelles d'Alsace, la Présidente a lu le témoignage des cinq jeunes victimes .

Tantôt iI touchait la poitrine sous prétexte de jeter des confettis, tantôt il touchait les fesses ou le sexe.".

L'homme en est resté à sa première version évoquant la coutume et les traditions carnavalesques, mais il a néanmoins présenté ses excuses devant le tribunal.

Conformément aux réquisitions du procureur de la République, il a été condamnée à 15 mois dont 12 sous le régime du sursis mise à l’épreuve durant deux ans. Il a par ailleurs interdiction d’entrer en contact avec les victimes. Il a été maintenu en détention.