Faits divers – Justice

Contre les dérives de l'islam radical, le tribunal de Mulhouse teste un dispositif antiradicalisation

Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu mercredi 9 septembre 2015 à 17:30

Un programme de déradicalisation
Un programme de déradicalisation © Max PPP

Pour éviter le passage à l'acte et prévenir les actions terroristes, le tribunal correctionnel de Mulhouse teste un programme antiradicalisation. Un dispositif mis en place ce mois de septembre qui s'adresse aux personnes poursuivies pour des infractions en rapport avec l'islam radical.

"C'est un programme sur le long terme, qui vise à évaluer le niveau de radicalisation et les perspectives pour cette personne. Ensuite, il faut desserrer l'emprise de l'islam radical, de l'éloigner de cet environnement et reconstruire avec lui de nouvelles valeurs," explique Jean-François Thony, le procureur général près de la cour d'appel de Colmar, à l'origine de ce programme. A compter de ce mois de septembre, le tribunal correctionnel de Mulhouse met en place un plan antiradicalisation.

Si une personne est poursuivie pour des infractions en rapport avec l'islam radical (apologie du terrorisme, provocation publique à la haine, etc), elle aura le choix entre des poursuites ou suivre un stage de déradicalisation. Elle sera alors suivie par une dizaine de personnes: médecins, psychologues, éducateurs spécialisés, travailleurs sociaux… qui auront pour mission de lui enlever toute idée de se radicaliser et de passer à l'acte. Ce programme ne sera pas proposé aux personnes condamnées pour acte de terrorisme.

Cette expérience est une première en France. Mulhouse a été choisie, parce que la ville est touchée par ce phénomène de radicalisation et que le procureur de la République, Dominique Alzéari en a fait le demande. A la fin de l'année, une première évaluation doit avoir lieu. Si le succès est au rendez-vous, cette expérimentation pourrait s'étendre à toute l'Alsace, notamment Strasbourg, mais aussi à l'ensemble de la France.