Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Municipales à Grenoble : une plainte contre X déposée par deux Grenobloises vise la mairie

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Alors que la campagne pour les municipales bat son plein, une plainte contre X avec constitution de partie civile, mais qui vise en fait la mairie, vient d'être déposée devant la doyenne des juges d'instruction, par deux Grenobloises. Elle porte notamment sur l'achat du siège du Crédit agricole.

Portrait de Maître Bernard Boulloud.
Portrait de Maître Bernard Boulloud. © Radio France - Valentine Letesse

Grenoble, France

A Grenoble, la campagne pour les municipales se déplace sur le terrain judiciaire ! Une plainte contre X avec constitution de partie civile pour "atteinte à la liberté d’accès dans les marchés publics", "faux et usage de faux en écriture publique", "abus de confiance par officier public en raison de sa qualité", entre autres, vient d’être déposée devant la doyenne des juges d'instruction de Grenoble par deux Grenobloises, via leur avocat, Maître Bernard Boulloud.

Une plainte qui s'appuie sur le rapport de la Chambre Régionale des Comptes

La plainte porte sur la fête des Tuiles organisée par la ville de Grenoble, en 2015 et 2016, et l'achat, en 2015, par la ville, du siège du Crédit Agricole. La chambre régionale des comptes, dans son rapport de mai 2018, avait pointé des irrégularités dans ces deux dossiers. La plainte s'appuie donc sur son rapport. 

Comme le veut le droit, cette plainte, avec constitution de partie civile, va automatiquement déboucher sur l'ouverture d'une information judiciaire et la nomination d'un juge d'instruction.  Elle a été déposée par deux Grenobloises, une ancienne commerçante et une salariée, dont l'une, reconnaît leur avocat, est proche d'Alain Carignon.

"Je fais du droit, pas de la politique" - Me Bernard Boulloud

Il ne s'en cache pas. Maître Bernard Boulloud, fait, quant à lui, partie du comité de soutien d'Alain Carignon, l'ancien maire de Grenoble qui se présente aux élections municipales face notamment au maire écologiste sortant, Eric Piolle. Mais pour lui, cette plainte n'a rien à voir avec la campagne : "Ici, je ne fais pas de politique, je fais du droit. Je suis l'avocat de deux Grenobloises qui m'ont saisi car elles ont été choquées que le rapport de la Chambre Régionale des Comptes reste lettre morte. Si cela en gêne certains, ce n'est pas mon problème. J'avais commencé à m'occuper de ce dossier avant le début de la campagne des municipales ! C'est à la justice à présent de faire son oeuvre." Et Maître Boulloud d'enfoncer le clou : "Quand l'écologiste Raymond Avriller a lancé ce que l'on a appelé l'affaire Carignon, dans les années 90, on ne lui a pas demandé pour qui il travaillait."

Ecoutez l'interview de Maître Bernard Boulloud

La fête des tuiles, à Grenoble en 2017 - Radio France
La fête des tuiles, à Grenoble en 2017 © Radio France - Julien Morin

Le rachat du siège du Crédit agricole par la Ville de Grenoble, épinglé par la CRC

Dans son rapport, la Chambre Régionale des Comptes avait souligné que l'attribution par la mairie des deux premières fêtes des Tuiles n'avait pas été faite dans les règles de l'art. Mais surtout, la CRC avait pointé l'achat par la ville du siège du Crédit agricole. Maître Boulloud : "Il apparaît, dans le rapport, que la Ville a déboursé huit millions d'euros pour acheter ce bâtiment afin d'y regrouper différents services administratifs. Huit millions d'euros pour 12.000 mètres carrés sur le papier, alors qu'en fait, il n'y en a que 10.000. Ensuite, la Ville a reloué au Crédit agricole le bâtiment pour 500.000 euros par an, un prix très en dessous du marché. Cela fait un sacré manque à gagner dans les caisses de la Ville et donc pour les Grenoblois. Pourquoi ? C'est ce que la justice devra établir."

Pas de réaction du côté de la Ville de Grenoble

Sollicitée par nos soins, la Ville de Grenoble n'a pas souhaité réagir. Elle fait juste remarquer que la plainte est contre X et que chacun a toute liberté de déposer plainte s'il le souhaite. Enfin, la mairie souligne qu'elle avait répondu à la Chambre Régionale des Comptes lors de la rédaction de son rapport, "en toute transparence", nous a-t-on précisé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu