Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Mur des cons" : la présidente du Syndicat de la magistrature mise en examen

vendredi 14 mars 2014 à 15:13 Par Marina Cabiten, France Bleu

Françoise Martres, présidente du Syndicat de la magistrature, a été mise en examen pour "injure publique" dans l'affaire du "mur des cons", comme l'a confirmé le syndicat vendredi. Ce panneau de photos montrant des figures de la droite avait suscité une vive polémique lors de sa révélation en avril 2013.

La découverte de ce mur de photos de personnalités politiques a provoqué des salves de réactions.
La découverte de ce mur de photos de personnalités politiques a provoqué des salves de réactions. © Maxppp

Brice Hortefeux, Michèle Alliot-Marie, Nadine Morano, le magistrat Philippe Courroye, le criminologue Alain Bauer, l'ancien ministre et ex-entraîneur du XV de France Bernard Laporte ... Ils étaient tous sur le "mur des cons", un panneau d'affichage dans le local parisien du Syndicat de la magistrature. Vendredi, une source judiciaire a révélé la mise en examen dans cette affaire de la présidente de ce syndidat, Françoise Martres.

Le syndicat de gauche n'a visiblement pas apprécié la révélation par une source judiciaire de cette mise en examen effective depuis le 17 février. Dans le communiqué qui confirme l'information vendredi, le syndicat parle de "fuites savamment orchestrées" .

La diffusion en avril 2013 par le site Atlantico d'une vidéo de ce panneau de photos, sous le titre "mur des cons", avait suscité un déchaînement de protestations et une pluie de plaintes de ceux qui y figuraient.