Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences urbaines et gendarmes caillassés dans la nuit de jeudi à vendredi à Muret en Haute-Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie

Des violences urbaines se sont produites au milieu de la nuit de jeudi à vendredi à Muret, au sud de Toulouse pour une raison encore indéterminée. La gendarmerie se demande si les auteurs d'incendies et de caillassages de véhicules des forces de l'ordre n'auraient pas agi par mimétisme.

40 militaires de la gendarmerie ont été mobilisés (photo d'illustration).
40 militaires de la gendarmerie ont été mobilisés (photo d'illustration). © Radio France - Julie Seniura

Les habitants de Muret s'interrogent au travers des réseaux sociaux sur les vrombissements entendus dans la nuit de jeudi à vendredi et sur les traces d'incendies visibles sur certains ronds-points du nord de la ville. 

La gendarmerie confirme que des violences urbaines se sont produites dans la nuit entre 23h et 2h30 du matin. Selon l'état-major de Haute-Garonne, "des individus cagoulés ont incendié des containers poubelles sur des ronds-points près d'établissements scolaires". C'est le nord de la ville qui a été frappé par ces incendies, avenue Vincent Auriol et avenue de l'Europe.

L'officier contacté par France Bleu Occitanie indique "qu'une trentaine d'individus ont occupé quatre ronds-points et brûlé cinq gros containers." 40 militaires de la gendarmerie ont été mobilisés. Deux voitures des forces de l'ordre ont été caillassées.

Un hélicoptère a été utilisé pour éclairer avec son phare les zones de violence. En définitive, il n'y a pas eu usage de la force, ni blessés, ni interpellations. Le calme est revenu vers 2h30 du matin.

La gendarmerie essaye de comprendre ce qui a motivé ces violences. Un officier s'interroge : "Peut-être du mimétisme par rapport à d'autres violences médiatisées en France ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess