Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mutinerie à la prison de Vivonne : trois détenus condamnés

vendredi 14 septembre 2018 à 4:05 Par Manon Vautier-Chollet, France Bleu La Rochelle et France Bleu Poitou

Deux ans après la mutinerie au deuxième étage du centre pénitentiaire de Vivonne, dont l'incendie avait ravagé une partie du bâtiment, quatre anciens détenus ont été jugés jeudi 13 septembre à Poitiers.

Une cinquantaine de détenus ont participé à la mutinerie.
Une cinquantaine de détenus ont participé à la mutinerie. © Maxppp - CAROLINE BLUMBERG/EFE/Newscom

Poitiers, France

Le procès de la mutinerie de Vivonne s'est tenu ce jeudi 13 septembre 2018, deux ans après les faits. Huit heures d'audience pour un procès "hors-norme" selon les mots du procureur, pendant lesquelles quatre anciens détenus du centre pénitentiaire ont été jugés.

Cinq ans de prison pour les deux "meneurs" de la mutinerie

L'un des quatre a refusé d'être extrait de sa cellule et n'était pas présent au procès, il écope de trois ans de prison. Parmi les trois détenus présents à la barre, un Normand de 25 ans a été relaxé. Un Poitevin de 36 ans et un Rochefortais de 32 ans, considérés comme les meneurs de la mutinerie, sont tous les deux condamnés à cinq ans de prison.

"Je voulais me couper le doigt, faire quelque chose car je n'en pouvais plus"

Le 12 septembre 2016, les deux détenus agressaient un surveillant pour lui voler ses clés avant d'ouvrir les grilles de l'autre aile de leur étage, le deuxième. Par la suite, trois incendies avaient ravagé une partie du bâtiment. Pendant le procès, s'ils ont reconnu l'agression du surveillant pénitentiaire et le vol des clés, ils ont nié avoir participé à l'incendie des locaux. 

Ils expliquent leur geste sur le surveillant par les conditions de leur détention : "Je voulais me couper le doigt, faire quelque chose car je n'en pouvais plus" explique le Rochefortais, "on a tous été désespéré par l'administration de Vivonne" ajoute le Poitevin. Les deux détenus, aujourd'hui incarcérés à Bordeaux et à Nantes, espéraient, disent-ils, obtenir un transfert vers une autre prison à la suite de cette agression.

2 millions d'euros de dégâts

Une cinquantaine de détenus ont participé à la mutinerie débutée en fin d'après-midi. Vingt-trois personnes ont été blessées, intoxiquées par les fumées. Les forces de l'ordre n'ont repris le contrôle du bâtiment que dans la soirée. Au total, les dégâts de la mutinerie à Vivonne ont coûté deux millions d'euros.