Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Myriam veut être réhabilitée aux prud'hommes après avoir dénoncé des actes de maltraitance

lundi 25 septembre 2017 à 18:21 Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère

La jeune femme avait dénoncé des actes de maltraitance dans une maison de retraite de Nîmes. Depuis, sa vie est devenue un cauchemar

Myriam veut être réhabilitée dans sa dignité et retrouver enfin un emploi pour se reconstruire
Myriam veut être réhabilitée dans sa dignité et retrouver enfin un emploi pour se reconstruire © Radio France - Hervé Sallafranque

Nîmes, France

Elle veut retrouver son honneur et sa dignité. Myriam, une ancienne agent des services hospitaliers (ASH) de la maison de retraite des Oliviers, à Nîmes, joue son avenir ce mardi après-midi devant le tribunal des prud'hommes de Nîmes.

Souvenez-vous, nous vous avions révélé cette affaire sur France Bleu Gard Lozère en avril 2016 : la jeune femme de 37 ans avait dénoncé des actes de maltraitance sur des personnes âgées. A partir de ce jour là, sa vie est devenue un véritable cauchemar au sein de l'établissement.

Elle dit avoir subi de multiples pressions, voire des agressions de la part d'autres employés. Et elle a fini par être licenciée pour faute grave au tout début du mois de mai 2016. Aujourd'hui, elle espère obtenir gain de cause devant les prud'hommes.

Bouc émissaire

Myriam se dit très marquée psychologiquement par cette affaire. A 37 ans, cette maman qui a trois enfants à charge, n'a pas pu retrouver de travail. Elle souffre d'insomnie et vit avec la peur du lendemain. Surtout, elle ne comprend pas pourquoi elle est devenue un véritable bouc émissaire, alors qu'elle n'a fait que dénoncer des faits graves de maltraitance sur des personnes âgées. Aujourd'hui, elle veut être réhabilitée dans son honneur et souhaite pouvoir se reconstruire en trouvant un emploi.

Dans cette affaire de mauvais traitements, une aide-soignante de l'établissement a été condamnée à trois mois de prison avec sursis et deux ans d’interdiction d’exercer pour des violences sur des personnes âgées et coups et blessures aggravés par le tribunal correctionnel de Nîmes en octobre 2016. Elle a fait appel de sa condamnation. Depuis cette époque, la direction de la maison de retraite a également changé.