Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Nancy, les policiers municipaux seront finalement armés

jeudi 24 novembre 2016 à 17:34 Par Nathalie Broutin et Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine

Les policiers municipaux nancéiens, qui le souhaitent et jugés aptes, pourront être armés de pistolets de calibre 7,65 mm. Un dispositif progressif à partir de l'automne 2017. Opposée jusque là à cet armement, la ville assume aujourd'hui son revirement.

Les 62 policiers de Nancy ont tous été consultés ces dernières semaines
Les 62 policiers de Nancy ont tous été consultés ces dernières semaines © Maxppp - Maxppp

Nancy, France

Le maire de Nancy, Laurent Hénart, annonce officiellement ce jeudi 24 novembre sa décision d'armer une partie des 62 policiers municipaux de la ville. Les professionnels jugés aptes pourront, s'ils le souhaitent, porter des pistolets de calibre 7,65 mm. Plus de 300.000 euros sur deux ans vont être investis pour leur formation et l'armement. Les six premiers policiers nancéiens armés pourraient patrouiller dès l'automne 2017, les équipement arriveront progressivement.

Une des décisions les plus difficiles que j'ai eue à prendre depuis le début de mon mandat" - Laurent Hénart, maire de Nancy

"Ce n'est pas une décision prise à la légère, ni le cœur léger, car j'avais refusé jusque-là que les policiers portent des armes létales" explique Laurent Hénart, le maire de Nancy "mais il y a une évolution nationale et une nécessité locale". Selon l'élu "si on veut garder une vraie vie sociale, festive et culturelle à Nancy, il faut plus de moyens de sécurité dans les mesures de prévention du terrorisme que l'Etat nous demande de prendre". Il confie : "Objectivement, cette décision est la plus difficile que j'ai eue à prendre depuis le début de mon mandat".

Une nécessité aujourd'hui, selon la ville

Si la ville s'y est opposée ces dernières années, l'adjoint à la sécurité Gilbert Thiel assume lui aussi ce revirement, évoquant une décision "sans enthousiasme particulier, mais avec détermination, parce que cela nous parait nécessaire". Après 18 mois de réflexion, il explique avoir "constaté un certain nombre de difficultés sur le terrain, écouté, analysé et fini par prendre une décision que l'équipe municipale n'avait pas prise il y a 18 mois auparavant, car elle ne se justifiait pas totalement" précise l'élu, ancien juge anti-terroriste, qui ajoute "on n'a pas couru derrière les inconditionnels des armes, pas plus qu'on n'a la moindre hésitation de le faire maintenant car c'est nécessaire". Cette décision sera annoncée par le maire de Nancy Laurent Hénart lors du prochaine conseil municipal le 5 décembre. Six nouveaux policiers municipaux seront recrutés l'année prochaine.

Un débat qui dépasse les clivages gauche droite, selon l'opposition

A gauche, le chef de file de l'opposition à Nancy le socialiste Bertrand Masson, déclare que ce sujet est "une question suffisamment grave pour que l'on prenne le temps de la réflexion." Il dit encore apprécier que Laurent Hénart ait pris le temps de consulter. Le conseiller municipal ajoute, "je comprends la demande des policiers municipaux parce qu'ils ont le sentiment d'être une cible privilégiée, mais c'est un débat qui dépasse les clivages gauche-droite et le cadre local".

Une décision saluée par le représentant FO des policiers municipaux

Depuis mai dernier, les 62 policiers et leurs représentants syndicaux ont été concertés. Patrick Lefèvre, le secrétaire général Force ouvrière des policiers municipaux, salue l'évolution de la ville de Nancy. Sur l'antenne de France Bleu dès ce lundi 21 novembre, le représentant confiait qu'"entre la sécurité et la tranquillité, la frontière est désormais brouillée, nous n'avons plus trop le temps de nous poser des questions. "