Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Nancy, un ouvrier meurt sur le chantier du crématorium

lundi 28 août 2017 à 19:29 Par Nathalie Broutin et Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Une cellule psychologique est en place sur le chantier du crématorium fermé pour une semaine à Nancy. Un ouvrier âgé de 48 ans a fait une chute mortelle de 8 mètres du haut de la toiture.

La victime, père de famille, était âgé de 48 ans
La victime, père de famille, était âgé de 48 ans © Maxppp - maxpp

Nancy, France

Une cellule psychologique est en place, le chantier du crématorium à Nancy est lui fermé pour une semaine. Ce lundi 28 août, un ouvrier, âgé de 48 ans, a fait une chute mortelle de 8 mètres depuis la toiture d'une pièce en construction. L'homme, père de famille, travaillait pour l'entreprise lorraine Maddalon, spécialisée dans le travail en hauteur, la construction de charpente, couverture, étanchéité. Une dizaine d'ouvriers étaient sur place au moment des faits, selon le vice-président de la Métropole du Grand Nancy, maire d'Art-sur-Meurthe Jean- Pierre Dessein.

Une dizaine d'ouvriers ont été témoins de l' accident

L'élu explique que l'ouvrier, selon les témoignages, a "ôté une protection collective pour être plus à l'aise, puis la protection n'a plus fait son effet, l'homme a glissé, est passé à travers un trou. " Jean-Pierre Dessein relève que l'entreprise qui employait l'ouvrier est "sérieuse, il y a sur place un coordinateur sécurité". Il ajoute "on dit depuis le début que ce chantier est exemplaire, toutes les protections , toutes les sécurités sont assurées, sans avoir besoin de faire de rappel." Une cellule psychologique prise en charge par la Métropole est mise en place, et le chantier est stoppé.