Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : des dégradations à l'hôtel de région

vendredi 13 avril 2018 à 9:11 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Photos à l'appui, la présidente de la région Pays-de-la-Loire annonce ce matin que des dégradations ont été commises sur l'hôtel de région à Nantes. Un acte qui semble signé par les zadistes.

L'une des photos publiées par la présidente de région
L'une des photos publiées par la présidente de région - Christelle Morançais

Nantes, France

Ce vendredi matin, la présidente de la région Pays-de-la-Loire publie sur Twitter plusieurs photos de l'hôtel de région, à Nantes. On y voit plusieurs dégradations : des vitres taguées et brisées. 

Des dégradations qui semblent signées par les zadistes sans qu'on puisse en être totalement sûr. Ces mots ont été tagués : "cc c la zad" (coucou, c'est la zad, ndlr).

Un car régional attaqué

D'après les élus de la région, un car a aussi été attaqué, mercredi soir, place du pont Morand, en face de la Préfecture.

Ils se sont couchés sur la route pour empêcher le car d'avancer et ils ont donné des coups dans les portes

Selon Roch Brancour, le vice-président en charge des transports, ce car de la ligne Nantes-Blain-Plessé, a été forcé de s'arrêter par des participants à la manifestation en soutien à la Zad. "Certains se se sont couchés sur la route, d'autres ont tenté d'ouvrir les portes, ils ont donné des coups de pied dans les portes des soutes qu'ils ont aussi tenté d'ouvrir", raconte Roch Brancou. "Le conducteur a clairement entendu ces personnes menacer de 'brûler le car'. Il est resté came. Le blocage a été levé rapidement et le car a pu repartir." D'après l'élu, le conducteur est très choqué et il a demandé à ne plus conduire de cars qui passent par le centre-ville.

Le centre-ville évité par les cars de la région

Par précaution, la région a pris la décision de suspendre le passage par le centre-ville de toutes les lignes du nord du département, celles qui passent devant la préfecture, jusqu'à ce vendredi matin.