Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Nantes : Edouard Philippe condamne les violences et promet "la plus grande transparence" dans l'enquête

jeudi 5 juillet 2018 à 10:39 - Mis à jour le jeudi 5 juillet 2018 à 10:59 Par Typhaine Morin, Antoine Denéchère et Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan et France Bleu

En visite ce jeudi à Nantes initialement pour évoquer l'avenir de l'aéroport de Nantes-Atlantique, le Premier ministre Edouard Philippe s'est entretenu avec la maire de Nantes Johanna Rolland. Il a fermement condamné les violences qui ont éclaté dans des quartiers nantais après la mort d'un homme.

Le Premier ministre à Nantes aux côtés de la maire de Nantes
Le Premier ministre à Nantes aux côtés de la maire de Nantes © Radio France - Antoine Denéchère

Nantes, France

Edouard Philippe promet ce jeudi à Nantes "la plus grande transparence sur les circonstances" de la mort d'Aboubacar Fofana, ce jeune homme de 22 ans tué mardi soir par le tir d'un policier dans le quartier du Breil. Depuis, des violences ont secoué plusieurs quartiers nantais ces deux nuits dernières : le Breil, Malakoff et les Dervallières. Le Premier ministre a exprimé sa "condamnation la plus ferme sur ces agissements et cette violence". 

"Présence des forces de l'ordre renforcée"

Aux côtés de Johanna Rolland, la maire de Nantes, Edouard Philippe a indiqué que "la présence des forces de l'ordre sera renforcée sur la métropole dans les semaines, les mois et les années qui viennent". 

Une annonce accueillie avec soulagement par le syndicat de police Alliance. 

Ce serait une très bonne nouvelle. Si elle est suivie d'effet ça va nous faire du bien." - Arnaud Bernard secrétaire départemental Loire-Atlantique pour le syndicat Alliance Police nationale

Interrogé sur l'état des troupes après 48 heures d'émeutes, le représentant syndical explique que les policiers envoyés dans les quartiers subissent des "violences extrêmes" :

On nous a tiré dessus hier soir à la 22 long rifle, il y a des jets de cocktails molotov et des voitures volées et brûlées jetées sur les barrages fixes des policiers, c'est une tension extrême."

Dix-neuf personnes ont été interpellées dans la nuit, 11 sont toujours en garde à vue ce jeudi matin.