Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : la façade du journal Ouest-France recouverte de tags

samedi 7 mai 2016 à 15:54 Par Boris Hallier, France Bleu Loire Océan

Des tags ont été inscrits sur la porte d'entrée des locaux du journal Ouest-France sur l'île de Nantes, ce samedi.

L'entrée de Ouest-France recouverte de tags.
L'entrée de Ouest-France recouverte de tags. © Radio France - France Bleu Loire Océan

Nantes, France

"Collabos partisans du FN". C'est l'une des inscriptions qui a été taguée à l'entrée du bâtiment de Ouest-France, sur l'île de Nantes. On peut également lire : "Non, nous ne sommes pas guidés par une page facebook"; "Non, nous ne sommes pas recrutés pour servir de boucliers" ou encore "Notre colère est réelle et ne nous est pas dictée".

"Non, nous ne sommes pas guidés par une page facebook" - Radio France
"Non, nous ne sommes pas guidés par une page facebook" © Radio France - France Bleu Loire Océan
"Faites votre travail ou nous ferons le nôtre" - Radio France
"Faites votre travail ou nous ferons le nôtre" © Radio France - France Bleu Loire Océan

Les auteurs de ces tags sont inconnus.

Cette semaine, les animateurs de la page facebook "Nantes Révoltée", qui appelle à la révolte et aux manifestations contre la réforme du code du travail notamment, ont remis en cause une enquête les concernant. Article publié le 3 mai dans le journal Ouest-France.

"Nous ne sommes pas dans un combat idéologique", explique François Chrétien, responsable de la rédaction. "Nous sommes un collectif et nous nous réunirons lundi pour parler de ces tags et pourquoi pas y répondre".