Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : la CGT dénonce "une rafle qui s'apparente à des méthodes fascistes qu'on pouvait voir sous Pinochet ou Franco"

mardi 3 avril 2018 à 18:41 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

La police judiciaire de Nantes vient d'être saisie pour enquêter sur des faits d'enlèvement et de violences. Ce samedi, en fin de manifestation contre les expulsions, un jeune migrant de 17 ans dit avoir été frappé, chloroformé puis embarqué dans une voiture avant d'être interrogé puis relâché.

La Police Judiciaire de Nantes est saisie de l'enquête (photo d'illustration).
La Police Judiciaire de Nantes est saisie de l'enquête (photo d'illustration). © Maxppp -

Nantes, France

La police judiciaire de Nantes vient d'être saisie par le parquet pour enquêter sur des faits d'enlèvement et de violences. Samedi dernier, en fin de manifestation contre les expulsions dans la Cité des Ducs, un jeune migrant de 17 ans dit avoir été frappé, chloroformé puis embarqué dans une voiture avant d'être interrogé "à genoux", "dans une grande cour avec des arbres" avant d'être relâché. Il désigne sept hommes au total et porte plainte.

La PJ prend l'affaire au sérieux et va rapidement entendre le jeune homme.   

La CGT a été la première a dénoncer cette affaire. Le jeune migrant faisait partie du cortège de manifestants. Anthony Lemaire est responsable de la vie syndicale à l'UD CGT44. 

Ce sont des faits d'une très grande gravité, une rafle qui s'apparente à des méthodes fascistes qu'on pouvait voir sous Pinochet ou Franco."

Le syndicat ajoute qu'avec des méthodes comme celle-ci "c'est le droit de manifester qui est compromis".

La CGT attend de voir comment l'enquête va progresser et se réserve la possibilité elle aussi, de saisir la justice.