Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : la famille d'Aboubakar Fofana va se constituer partie civile

samedi 7 juillet 2018 à 15:18 Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan et France Bleu

La famille du jeune homme tué par un CRS à Nantes va se constituer partie civile "dès lundi", a fait savoir ce samedi son avocat. De cette manière, la mère et la soeur d'Aboubakar Fofana auront "accès à l'intégralité du dossier". Vendredi, le policier auteur du tir a été mis en examen.

Lors de la marche Blanche pour Aboubakar Fofana à Nantes
Lors de la marche Blanche pour Aboubakar Fofana à Nantes © AFP - Serge TENANI

Nantes, France

Au lendemain de la mise en examen du CRS qui a tué Aboubakar Fofana, sa famille annonce, par la voix de son avocat, Loïc Bourgeois, qu'elle va se constituer partie civile "dès lundi". "On aura accès à l'intégralité du dossier", a expliqué maître Bourgeois, qui représente la mère et la soeur du jeune homme de 22 ans tué mardi soir dans le quartier du Breil à Nantes. 

Accès au dossier

Vendredi, le policier auteur du tir a été mis en examen et une information judiciaire a été ouverte du chef de "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". "La famille est dans une période un peu compliquée, a fait savoir l'avocat. A ce stade, on n'a eu accès à aucun élément du dossier. On est complètement spectateurs du discours des uns et des autres." C'est précisément l'ouverture de cette information judiciaire et la saisine de deux juges d'instruction qui permet à la famille du jeune homme de se constituer partie civile. 

Loïc Bourgeois a répété auprès de l'AFP le souhait des proches d'Aboubakar Fofana de ne "pas parler à la presse. Ils veulent qu'on les laisse tranquilles, avec leur drame". 

Quatre nuits de violences

Le policier a été placé vendredi soir sous contrôle judiciaire, après avoir reconnu un "tir accidentel" au lieu de la légitime défense invoquée dans un premier temps. 

La mort d'Aboubakar a provoqué quatre nuits de violences urbaines dans certains quartiers de Nantes et de son agglomération.