Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nantes : le vigile du magasin demande à un client de bien porter son masque, il refuse et le frappe

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Deux hommes de 19 et 20 ans ont été interpellés, ce lundi après-midi, dans le centre-ville de Nantes. L'un d'eux est soupçonné d'avoir frappé un vigile à la tête avec un cendrier. L'agent avait rappelé aux deux jeunes hommes que le port du masque était obligatoire pour entrer dans le magasin .

Une affichette rappelle aux clients des magasins du centre commercial de porter leur masque en entrant
Une affichette rappelle aux clients des magasins du centre commercial de porter leur masque en entrant © Radio France - Alice Kachaner

La scène s'est déroulée en plein centre-ville de Nantes, rue du Calvaire, au beau milieu de l'après-midi, ce lundi. Deux jeunes hommes de 19 et 20 ans se dirigeaient vers l'entrée d'un magasin de vêtements, masques portés sous le nez. Lorsque le vigile, posté devant les portes de la boutique, leur a expliqué qu'il ne leur était pas possible d'entrer dans la boutique sans bien mettre la protection, l'un des deux clients a saisi un cendrier sur une table de restaurant pour frapper l'agent de sécurité à la tête lors d'une course-poursuite.

Une enquête pour "violences volontaires en réunion avec arme par destination"

Sous la violence du coup, le crâne du vigile s'est mis à saigner. Il s'en sort avec des points de suture. Les deux suspects ont été interpellés dans la foulée, 200 mètres plus loin, par des policiers de la Compagnie Départementale d'Intervention. Les deux jeunes majeurs sont désormais en garde à vue. Une enquête vient d'être ouverte pour "violences volontaires en réunion avec arme par destination".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess