Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : les cyclistes dénoncent les automobilistes mal garés sur les réseaux sociaux

lundi 30 juillet 2018 à 3:05 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Les voitures garées sur les trottoirs et les pistes cyclables, c'est un problème récurent, à Nantes. Une situation dénoncée par les cyclistes sur les réseaux sociaux et par l'association Place au vélo. Nous avons suivi un de ses membres sur une dizaine de kilomètres.

Problème récurrent route de Sainte-Luce : les voitures garées sur le trottoir
Problème récurrent route de Sainte-Luce : les voitures garées sur le trottoir © Radio France - Marion Fersing

C'est une colère que les cyclistes ont pris l'habitude de dire sur les réseaux sociaux. Celle de voir très régulièrement des automobilistes garés sur les pistes cyclables ou sur des trottoirs, ce qui les met en difficulté et même en danger. Ils sont nombreux, désormais, à les prendre en photos et à les diffuser sur Internet avec le hastag, le mot clé, #GCUM pour "garé comme une merde". Nantes n'y échappe pas. Le problème est récurrent, dénoncé depuis longtemps par les cyclistes militants de l'association Place au vélo qui ont pris l'habitude de coller des post-it pédagogiques sur les véhicules indélicats. Nous avons suivis l'un d'eux, Sam, sur une dizaine de kilomètres, à l'est et dans le centre-ville de Nantes.

Piste cyclable transformée en arrêt minute devant la boulangerie

Nous partons du bas du boulevard Dalby, direction Toutes aides. Premier stop : la "boulangerie maudite". Elle est fermée ce jour-là, mais sur son téléphone, Sam a une vidéo tournée l'été dernier. C'est simple, les voitures se servent de la piste cyclable comme d'un arrêt minute pour aller acheter leur pain alors qu'il y a plein de stationnements de disponibles. "Le danger, dans ces cas-là, c'est que le cycliste doit se réinsérer rapidement dans la circulation. Il y a aussi le risque que l'automobiliste ouvre sa portière sans regarder".

Mettez vous à ma place et pas sur ma place

Un peu plus loin, un camion de chantier est carrément garé en travers du trottoir et de la piste cyclable tracée dessus. "Il doit sans doute intervenir sur un chantier à proximité mais il aurait pu se garer autrement ! Là, il empêche les cyclistes de passer mais il gêne aussi les piétons." Il a donc droit à son petit post it. Dessus, cette phrase : "mettez-vous sur ma place" avec le mot "sur" barré et remplacé par "à". Le post-it rappelle aussi le montant de l'amende pour un stationnement gênant : 135 euros.

Le camion de chantier a eu droit à son post it - Radio France
Le camion de chantier a eu droit à son post it © Radio France - Marion Fersing

9 voitures mal garée en une cinquantaine de mètres !

Direction maintenant la route de Sainte-Luce, un gros point noir pour Sam. "Ici, la piste cyclable est tracée sur le trottoir. Mais de nombreuses voitures se garent sur le trottoir alors qu'il y a des places de stationnement et des garages. Le problème, c'est que les cyclistes et les piétons n'ont plus assez de place pour se croiser". En une cinquantaine de mètres, ce sont neuf voitures qui sont mal garées, dont une qui nous oblige à nous faufiler entre son rétroviseur et le bord du trottoir. Le conducteur est à bord : "je pars, je pars", s'empresse-t-il de dire, confus. Mais les échanges ne se passent pas toujours aussi bien raconte Sam. "Souvent, on a droit à : je ne suis pas d'ici, je n'en ai que pour quelques minutes... Mais on arrive vite à des automobilistes qui s'énervent et qui nous rejettent la faute. Il y en a aussi qui se montrent violents".

Le cycliste est obligé de se décaler pour s'insérer dans le flux des voitures, c'est dangereux

Dernière étape, la rue de Strasbourg. La piste cyclable est désormais bien marquée mais tout en bas, au carrefour avec le tram, elle est encore quotidiennement prise pour des places de stationnement. "Regardez, là, il y a un cycliste qui arrive. Il est obligé de se décaler pour s'insérer entre les voitures. C'est dangereux". Et pour Sam, c'est aussi très décourageant pour les nouveaux cyclistes, ceux qui voudraient se mettre au vélo mais qui renoncent face à toutes ces situations.

En bas de la rue de Strasbourg, la piste cyclable sert trop souvent de stationnement - Radio France
En bas de la rue de Strasbourg, la piste cyclable sert trop souvent de stationnement © Radio France - Marion Fersing

En plus, l'été, les automobilistes roulent souvent plus vite

Nous sommes pourtant en été, Nantes s'est vidée d'une partie de ses habitants, il y a beaucoup de places de stationnement libres, mais donc encore des problèmes. "Et en plus, l'été, on constate un comportement plus dangereux des automobilistes qui roulent plus vite, se rabattent brusquement quitte à nous faire des queues de poisson".

Notre reportage avec Sam de Place au vélo