Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : les migrants expulsés de la fac ont investi un nouveau bâtiment

jeudi 8 mars 2018 à 13:20 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

La centaine de migrants expulsés mercredi matin de l'université de Nantes se sont installés quelques heures plus tard dans un bâtiment qui appartient à Nantes métropole habitat, près du cours Cambronne.

Les forces de l'ordre gardent l'entrée de la résidence pour personnes âgées occupée par les migrants
Les forces de l'ordre gardent l'entrée de la résidence pour personnes âgées occupée par les migrants © Radio France - Romain Dézèque

Nantes, France

Quelques heures après avoir été expulsés des deux bâtiments de l'université de Nantes dans lesquels ils s'étaient installés en novembre, une centaine de migrants ont investi un bâtiment qui appartient au bailleur social Nantes métropole habitat, rue Maurice-Sibille, entre le cours Cambronne et le quai de la Fosse.

Des négociations pour pouvoir y rester un temps

Il s'agit d'une résidence pour personnes âgées qui est vide depuis des mois selon un riverain. Les migrants s'y sont installés mercredi soir. Il y aurait environ une centaine de personnes à l'intérieur, des migrants et des étudiants. La police est sur place. Les militants qui soutiennent les migrants voudraient obtenir le droit d'y rester au moins un temps. Le bâtiment de six étages compte 70 chambres individuelles. Dans la rue, une cinquantaine de militants font face aux forces de l'ordre.

La police a finalement quitté les lieux en début d'après-midi. 

Pas d'expulsion avant la fin de la trêve hivernale

Une réunion a lieu en suivant entre Johanna Rolland, la maire de Nantes, l'intersyndicale, les étudiants qui soutiennent les migrants et quelques sans papiers pour voir ce qu'il est possible de faire, pour voir dans quelle mesure ils peuvent rester dans ce bâtiment. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y aura pas d'expulsion avant la fin de la trêve hivernale, c'est ce qu'annonce Johanna Rolland.