Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : "Où est Steve ?" scandent plusieurs centaines de manifestants rassemblés sur le lieu de sa disparition

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

À l'appel des proches de Steve, disparu il y a maintenant un mois, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées sur le quai Wilson, à Nantes, ce samedi après-midi. Il y a eu plusieurs prises de parole et une grande chaîne humaine a été réalisée, face à la Loire.

Les proches de Steve ont pris la parole, devant plusieurs centaines de personnes réunies sur le quai Wilson.
Les proches de Steve ont pris la parole, devant plusieurs centaines de personnes réunies sur le quai Wilson. © Radio France - Paul Sertillanges

Nantes, France

"Où est Steve ?" pouvait-on lire et entendre partout, ce samedi après-midi, sur le quai Wilson, au sud-ouest de l'île de Nantes. Plusieurs centaines de manifestants se sont réunis pour interpeller les autorités à ce sujet.

Besoin de réponses

Les jours sont de plus en plus longs pour les proches de Steve. Ses deux meilleurs amis, Amélie et Maël, viennent tous les jours sur le quai. "On s'efforce de garder de l'espoir, mais au bout d'un mois, ça commence a être très compliqué", confie Amélie. "On vient ici pour montrer que l'on n'oublie pas, ajoute Maël. Aussi, parce qu'on est beaucoup à être mal, et au lieu de rester chez moi à attendre, je sais que tous mes amis sont là."

"Je trouve ça lamentable ce qu'il se passe. Et personne n'en parle. Les politiques, ils sont muets"   
- Lisiane, qui a fait le chemin depuis Rochefort 

"Où est Steve" crient les manifestants, sur le quai Wilson. - Radio France
"Où est Steve" crient les manifestants, sur le quai Wilson. © Radio France - Paul Sertillanges

Ce samedi, ils étaient des centaines à être venus soutenir les amis de Steve ; certains venus de loin. "Les violences policières, c'est toutes les semaines, pense Lisiane, qui est venu de Rochefort pour manifester. Et on se rend compte que c'est avec tout le monde maintenant." Selon elle, tout le monde doit se sentir concerné par la disparition de Steve. "On a des enfants, des petits-enfants. Donc je trouve ça lamentable : on en parle pas, personne n'en parle. C'est honteux".

Les élus et la préfecture pointés du doigt

Maël ne cache pas sa colère. "La maire [Johanna Rolland] a envoyé un courrier à Christophe Castaner [le ministre de l'intérieur], mais elle n'a jamais fait d'appel à Nantes pour parler à tous ses citoyens. Elle dit être la maire, eh bien, je pense que quand tu es maire d'une ville, il faut aussi savoir parler à ses citoyens et dire 'voilà, il se passe ça dans ma ville', au final, elle fait tout le contraire."

Johanna Rolland n'est pas venue sur place, mais son adjoint à la culture, David Martineau était là. "Nous les politiques, on a ce double rôle : être là, avec les habitants, dans leur émotion et dans l'incompréhension et puis celui de pouvoir agir de façon plus discrète pour que les choses avancent et que la vérité soit faite sur ce qu'il s'est passé."

Il y a eu environ 700 personnes dans la manifestation, selon la police. - Radio France
Il y a eu environ 700 personnes dans la manifestation, selon la police. © Radio France - Paul Sertillanges

Pour Maël, la préfecture a aussi une part de responsabilité. "Ça fait 20 ans qu'elle autorise la fête de la musique ici, lâche-t-il. Qu'ils viennent nous dire qu'ils n'étaient pas au courant... Excusez moi, mais les autorisations, on ne les sort par comme ça. Ils savent très bien que c'est un endroit super dangereux, si vous regardez de l'autre côté de la Loire, il y a des bouées rouges et des barrières ; il devrait y en avoir ici aussi."

Choix de la station

France Bleu