Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : quatre manifestants devant le tribunal correctionnel

-
Par , France Bleu Loire Océan

Quatre des 33 personnes interpellées lors de la manifestation nantaise de samedi dernier étaient jugées ce lundi en comparution immédiate pour des violences. Elles ont toutes demandé un renvoi. L’une d’entre elle va devoir attendre l’audience derrière les barreaux.

Les manifestants face aux forces de l'ordre à Nantes samedi 14 septembre.
Les manifestants face aux forces de l'ordre à Nantes samedi 14 septembre. © Radio France - DR

Nantes, France

Le premier prévenu, 31 ans, est père de famille depuis trois semaines. On lui reproche d'avoir frappé deux policiers avec une raquette de tennis. La présidente l'envoie en prison jusqu'au 3 octobre, date du renvoi de son dossier. 

Vient ensuite un Nantais de 18 ans poursuivi pour jets de cailloux sur forces de l'ordre, injures et doigt d'honneur. II est placé sous contrôle judiciaire jusqu'à son procès le 25 octobre. 

Le troisième homme qui demande un renvoi à 27 ans, lunette ronde, sans casier, il aurait résisté à son interpellation avec violence. Lui aussi est placé sous contrôle judiciaire en attendant de comparaitre le 7 octobre. 

Le dernier homme à passer est d'une politesse extrême. Dès son arrivée dans la salle il salue la présidente. Lui aussi demande un délai pour préparer sa défense. Accordé. Jugement le 3 octobre et d’ici là, pour lui aussi, obligation de pointer régulièrement à la gendarmerie la plus proche.

Choix de la station

France Bleu