Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : "Steve est peut-être la 15e personne dans l'eau", confie une amie de l'homme disparu samedi matin

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Trois jours après la disparition de Steve, un Nantais de 24 ans, ses amis se sont donnés rendez-vous, ce lundi après-midi, sur le quai Wilson. Pendant plus d'une heure, ils ont scruté la Loire à la recherche d'un indice pour tenter de le retrouver, en vain.

Plusieurs personnes se sont données rendez-vous au quai Wilson, à Nantes, ce lundi après-midi, pour tenter de localiser le corps de Steve.
Plusieurs personnes se sont données rendez-vous au quai Wilson, à Nantes, ce lundi après-midi, pour tenter de localiser le corps de Steve. © Radio France - Florian Cazzola

Nantes, France

Le rendez-vous était fixé, ce lundi après-midi au quai Wilson, à Nantes, là où Steve a été aperçu pour la dernière fois dans la nuit de vendredi à samedi. "Je ne tiens plus en place chez moi", lâche Anaïs, une amie de l'homme de 24 ans. Pendant plus d'une heure, une dizaine de personnes ont regardé la Loire, dans l'espoir d'y trouver un indice permettant de localiser ce Nantais. 

"J'ai vu une personne tomber dans la Loire, c'est allé vraiment très vite"

Pendant qu'un groupe est assis sur le bord du quai à scruter l'eau boueuse de la Loire, Anais continue de lire tous les messages qu'elle reçoit. "Il y a une personne qui nous a envoyé un message et qui a écrit : "j'ai vu une personne tomber, comme si elle avait trébuché, ça s'est passé vraiment trop vite. On a allumé le flash de nos téléphones pour voir si on voyait quelque chose mais on ne voyait qu'un sac et il allait vraiment très vite."

Contrairement à ses amis, Chloé a tout vu, ce samedi matin, aux alentours de 4h30 quand les policiers sont arrivés pour demander aux organisateurs d'éteindre les murs de son installés à l'occasion de la fête de la musique. "On était tous là et d'un coup il y a eu des fumées, des gaz lacrymogène, ça pétait partout", raconte la jeune femme qui ne comprend toujours pas les raisons qui ont poussé les forces de l'ordre à notamment employer des grenades de désencerclement. Je n'ai jamais vu ça, tout le monde était stressé, tout le monde criait, on ne voyait plus rien."

"Ça ne ressemble vraiment pas à Steve de ne pas donner de nouvelles"

Après quelques discussions le long du quai Wilson, Oriane, Victoria et les autres ont décidé de faire des rondes. "Tout ce que l'on espère, c'est qu'il est encore en vie, répète une amie. On ne s'est pas ce qui s'est passé, c'est vraiment pesant. On va faire tout notre possible, pour sa famille, ses parents, les amis pour tout le monde." Anaïs embraye : "Tout le monde est vraiment dans l'attente. Ça ne lui ressemble pas du tout de ne pas nous donner de nouvelles. Il aurait prévenu son boulot. Il aurait prévenu l'amie qu'il devait voir samedi. Et puis son téléphone s'est coupé net samedi, donc on se demande vraiment ce qu'il se passe."   

Ce lundi après-midi, un hélicoptère de la gendarmerie survolait la Loire, près du quai Wilson. Une équipe de plongeurs est également intervenue.  - Radio France
Ce lundi après-midi, un hélicoptère de la gendarmerie survolait la Loire, près du quai Wilson. Une équipe de plongeurs est également intervenue. © Radio France - Florian Cazzola

Arrivée quelques minutes après un premier groupe, Victoria ne veut pas se faire de fausses illusions. "Plus les heures passent plus on se dit que Steve est la quinzième personne dans l'eau et personne ne l'a vu." Alors que l'hélicoptère de la gendarmerie survole la zone et qu'une équipe de plongeurs est à pied d'oeuvre, Oriane conclut : "On fait notre possible. On a repéré que le courant allait vers Basse Indre. Une amie m'a dit que des corps avaient déjà été retrouvés dans ce coin là, donc on va y aller."