Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : un groupe d'hommes cagoulés attaque les clients d'un bar

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Un groupe d'homme cagoulés, avec des matraques - vraisemblablement des militants d'extrême-droite - a agressé les clients du bar nantais Hopopop, ce vendredi soir. Huit personnes sont toujours en garde à vue ce dimanche matin, annonce la police.

Le bar nantais Hopopop, à proximité de la place du Bouffay. (capture d'écran google maps)
Le bar nantais Hopopop, à proximité de la place du Bouffay. (capture d'écran google maps) - Paul Sertillanges

Nantes, France

Cela a tout l'air d'être un règlement de compte d'un groupe de militants d'extrême-droite. Ce vendredi soir, vers minuit, plusieurs hommes cagoulés, certains avec des casques de moto, avec des matraques, entrent dans le Hopopop café, près de la place du Bouffay, dans le centre-ville de Nantes. Ils ont agressé plusieurs clients de l'établissement.

Des coups portés à la tête

En arrivant, le groupe d'hommes commence par agresser un client en terrasse, frappé au front avec une matraque. Dans le bar, ils attaquent d'autres personnes avec du gaz lacrymogène. Le frère du gérant est également pris à partie. 

Plusieurs personnes ont été prises en charge par les pompiers ; l'homme touché à la tête a été transporté au CHU de Nantes. Il n'y a pas de blessés graves.

Huit gardés à vue

Le soir même, les policiers nantais interpellent trois personnes, puis quatre autres ; le lendemain matin, un autre homme. Ils sont, ce dimanche matin, toujours en garde à vue.

Ils ont entre 19 et 31 ans. Certains sont Nantais, d'autres viennent de régions voisines. L'enquête se poursuit.