Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nantes : un homme de 51 ans condamné après l'impressionnant incendie de la route de Vannes

-
Par , France Bleu Loire Océan
Nantes, France

Les enquêteurs sont allés très vite. Huit jours après l'incendie qui a détruit une centaine de véhicules chez Loisirs 44 et Europcar route de Vannes à Orvault, un habitant du camp de Roms voisin était jugé ce jeudi à Nantes.

Les dégâts au lendemain du sinistre (droits : Police Nationale)
Les dégâts au lendemain du sinistre (droits : Police Nationale)

Il aurait involontairement provoqué l'incendie de la route de Vannes la semaine dernière, le 16 janvier. 109 véhicules, la plupart des camping-cars, partis en fumée. Un homme de 51 ans était jugé ce jeudi après en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. 

Il a l'air penaud. Il est né en Roumanie. Il ne parle pas français. Et vit sur le camp de Roms d'Orvault.

Ce n'était pas ma faute, je suis désolé pour ce qui est arrivé" traduit l'interprète. 

"Il y a 40 caravanes sur le terrain. Et tout le monde s'alimentait au même endroit. Quand le branchement a eu lieu, moi j'étais en Roumanie. J'ai vu le feu et les gens crier, je ne sais rien d'autre" ajoute le prévenu.

Le soir même de l'incendie le maire d'Orvault dénonce le branchement électrique illégal.

Images de télésurveillance

Sur les images de télésurveillance le prévenu est vu à plusieurs reprises, en décembre et en janvier, avec une pince et un fil électrique à la main, en pleine intervention sur le compteur du parking de la société Loisirs 44.

"Je n'ai branché que ma caravane" assure le quinquagénaire à la barre. "Je ne m'y connais pas en électricité (...) je me contente de mettre des fils en contact". Et d'ajouter : "Moi je suis mécanicien. L'électricien du camp était un Moldave qui se prénomme Stéphane, mais il n'est plus là".

L'avocat de la défense demande un complément d'enquête et plaide la relaxe.

Il y a peut-être une responsabilité collective." - l'avocat de la défense

Un représentant d'Enedis vient expliquer comment les branchements sauvages peuvent entraîner des court-circuits.

Quand on tire trop, le fil rougit et s'embrase" - un représentant d'Enedis

Préjudice élevé

Les préjudices sont élevés. Loisirs 44 les évalue à "entre trois et quatre millions d'euros".

"Un drame humain évité de justesse mais un drame économique avec 15 salariés au chômage technique." - l'avocat de Loisirs 44.

Au préjudice de Loisirs 44, s'ajoutent les 104 000 euros de préjudice pour Europcar (qui perd 11 véhicules dans l'incendie). Ces montants feront l'objet d'une audience ultérieure pour intérêts civils le 12 octobre prochain.

Risque pris colossal

A la fin du procès la procureur explique que la responsabilité individuelle ne peut pas se dissoudre dans la responsabilité collective. Elle parle de risque pris colossal. Elle rappelle les bonbonnes de gaz présentes dans les caravanes et toutes les personnes du camp qui auraient pu mourir. La magistrate requiert 18 mois de prison dont 12 avec sursis.

Après délibéré, le tribunal condamne le prévenu à quatre mois de prison avec sursis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess