Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Nantes : un vaste périmètre interdit aux manifestants samedi par crainte de débordements

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Plusieurs groupes de "gilets jaunes" appellent à un rassemblement national, ce samedi à Nantes. Les autorités redoutent la présence de "casseurs" et de "black blocs". Elles ont donc décidé d'interdire toute manifestation dans une large partie du centre-ville à l'exception du cours des 50 Otages.

Le périmètre d'interdiction de manifester est étendu, ce samedi, à la place Delorme, aux cours Saint-André et Saint-Pierre au quai Ceineray, à Nantes.
Le périmètre d'interdiction de manifester est étendu, ce samedi, à la place Delorme, aux cours Saint-André et Saint-Pierre au quai Ceineray, à Nantes. © Radio France - DR

Nantes, France

Plusieurs centaines de personnes sont attendues, ce samedi à Nantes, pour l'acte 44 des "gilets jaunes". Et des débordements sont à craindre. Les autorités redoutent la présence de "casseurs" et de "black blocs" lors de cet événement non déclaré. Elles ont donc décidé d'interdire aux manifestants une grande partie du centre-ville de la cité des Ducs, comme le 3 août dernier. Le Cours des 50 Otages, sera lui autorisé. 

Benoît Desferet , le directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique.

La police s'attend à des débordements

Au moins deux appels à se rassembler ont été publiés sur les réseaux sociaux. Le premier est prévu à midi sur la place du Général Mellinet, à Nantes. Ce pique-nique sera autorisé par la préfecture, en revanche il sera interdit de se rendre à 14 heures place Delorme, "un lieu stratégique où il y a énormément de bâtiments institutionnels et de commerces autour", détaille Benoit Desferet, le directeur départemental de la sécurité publique en Loire-Atlantique. Le périmètre d'interdiction de manifester (voir carte) est étendu au quai Ceineray, devant la préfecture, ainsi qu'aux cours Saint-André et Saint-Pierre où est installé la fête foraine. Le 3 août dernier, date de la dernière manifestation d'ampleur, environ 1.700 personnes avaient défilé et 42 interpellations avaient eu lieu.

Benoît Desferet , le directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique. - Radio France
Benoît Desferet , le directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique. © Radio France - Florian Cazzola

"La menace est importante, analyse Benoît Desferet. Il faut s'attendre à une manifestation violente avec la commission d'exactions et de dégradations. Il y aura par conséquent un dispositif d'envergure." Toutefois, aucun chiffre n'a été donné. "Quand vous êtes dans une situation où vous avez une manifestation d'envergure et où manifestement il y a des gens qui viennent pour casser et s'en prendre aux forces de l'ordre, la discrétion est la meilleure garantie d'efficacité et de succès", explique le patron de la police en Loire-Atlantique. Quoiqu'il en soit, cette manifestation non déclarée sera étroitement surveillée. Tout comme le 3 août dernier, des contrôles de police pourraient avoir lieu aux abords de Nantes. Et il sera interdit de "transporter du carburant" dans des jerrycans ou des bidons, de "transporter des objets susceptibles de servir d'arme" et des "engins pyrotechniques". 

Choix de la station

France Bleu