Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : une marche blanche en mémoire de Steve ce samedi

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Des amis de Steve prévoient une marche blanche en mémoire du jeune homme, ce samedi matin à Nantes. Le rassemblement se veut pacifiste.

Lors d'un premier rassemblement au pied de la grue jaune pour Steve, samedi dernier
Lors d'un premier rassemblement au pied de la grue jaune pour Steve, samedi dernier © Radio France - Paul Sertillanges

Nantes, France

Un nouveau rassemblement en mémoire de Steve est prévu ce samedi matin à Nantes. Un rendez-vous fixé par des amis du jeune homme au pied de la grue jaune à 11h. Les participants iront ensuite jusqu'au quai Wilson, là où Steve a été vu pour la dernière fois, avant l'intervention des forces de l'ordre à la fin de la fête de la musique.

Des fleurs, des bougies et des ballons blancs

Les participants sont invités à venir vêtus d'un tee shirt blanc et avec des bougies, des fleurs et un ballon blanc. Une minute de silence sera respectée. Un "moment artistique" est prévu quai Wilson pour saluer la mémoire du jeune homme qui aimait la danse et la musique.

Rassemblement pacifiste

Les organisateurs préviennent : ce rassemblement est pacifiste. Ils ne veulent aucun débordement, aucune violence, aucun parti politique et aucun gilet jaune. Plusieurs proches de Steve avaient annoncé qu'ils ne participeraient pas aux deux rassemblements de samedi dernier par crainte des violences.