Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nantes : une mère de famille risque 30 ans de réclusion criminelle

-
Par , France Bleu Loire Océan

Elle est accusée d'avoir provoqué la mort de son fils de 20 mois, et d'avoir rendu polyhandicapée sa fille âgée de trois mois à l'époque des faits. Une mère de famille comparait depuis ce vendredi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. Elle est suspectée d'avoir secoué ses deux enfants.

L'audience devant la cour d'assises de Loire-Atlantique se déroule jusqu'au vendredi 25 janvier.
L'audience devant la cour d'assises de Loire-Atlantique se déroule jusqu'au vendredi 25 janvier. © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

Elle est accusée d'avoir provoqué la mort de son fils de 20 mois, et d'avoir rendu polyhandicapée sa fille âgée de trois mois à l'époque des faits. Une mère de famille comparait depuis ce vendredi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique à Nantes. Elle est suspectée d'avoir secoué ses deux enfants. Le décès de son fils remonte à juin 2012. L'accusée a 35 ans. Elle habite Crossac en Brière. Elle comparait sous contrôle judiciaire, mais libre.

L'accusé nie les faits reprochés

Chaque soir jusqu'à la fin de son procès,  l'accusée rentrera chez elle  où sa cousine se charge de garder les enfants.  Une petite fille de presque 3 ans et un fils de 11 ans. La plus grande a 13 ans. Elle ne parle pas et ne bouge pas depuis l'âge de 3 mois. Elle est hébergée dans un centre spécialisé.  L'accusée est soupçonnée de l'avoir maltraitée. Elle nie en bloc. Elle a longtemps était persuadée que la faute incombait à son beau-fils, un gamin à l'époque de 5 ans. Celui-ci aujourd'hui est partie civile. Il se considère comme une victime

La mère de famille est aussi tenue pour responsable de la mort du plus jeune de ses fils. Que sait-il passé ce jour de juin après qu'il ait souillé ses draps ? Il n'avait pas encore deux ans. Elle n'en a pas reparlé depuis les faits il y a sept ans. A la barre, l'accusée explique 

Je repense au décès de mon fils tous les jours (...). J'espère être capable de parler, d'expliquer, d'encaisser"

Salle d'audience quasi vide 

A part les journalistes et les parties civiles, il n'y a presque personne qui assiste au procès de cette petite femme aux cheveux châtains mi-longs. Vêtue de noir, elle parle beaucoup et avec aisance. Elle sanglote quand la présidente de la cour d'assises lui demande ce qui selon elle sera le plus difficile au cours de ce procès. Et elle répond sans détour que ce sera de "parler du jour du décès de son fils".

J'ai tout intériorisé" explique l'accusée qui encourt 30 ans de réclusion criminelle

Et à vos autres enfants, que leur avez vous dit demande la magistrate ? 

J'ai dit aux enfants que je n'avais pas fait bobo à leur frère et que je n'avais pas fait bobo à leur soeur" 

L'aînée de la fratrie, polyhandicapée, n'est pas en mesure de comprendre mais "elle ressent les choses" dit l'accusée. "On m'a fait passer un mot pour me dire qu'elle était triste". L'accusée est soupçonnée de l'avoir maltraitée dès ses 3 mois.  

Le procès doit durer six jours, jusqu'à vendredi prochain.

Choix de la station

France Bleu