Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une patronne de Bellac porte plainte contre plusieurs membres du Front National

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Une chef d'entreprise de Bellac porte plainte contre des membres du Front national. Le 9 février, Nathalie Gal, patronne d'une tannerie, avait participé à l’émission politique de France 2 pour débattre avec Marine Le Pen sur la sortie de l'Euro avant d'être insultée sur internet.

Nathalie Gal, lors de son passage à l'émission politique de France 2 face à Marine Le Pen.
Nathalie Gal, lors de son passage à l'émission politique de France 2 face à Marine Le Pen. - Capture écran ©France 2

Bellac, France

Une bellachone, Nathalie Gal, a porté plainte, fin mars, contre des membres du Front national. Cette plainte vise deux élus, un chargé de communication, et Gilbert Collard, secrétaire général du rassemblement Bleu marine. Nathalie Gal, patronne d'une entreprise de tannerie, avait participé en tant que chef d'entreprise, à l'émission politique de France 2 le 09 février dernier en présence de Marine Le Pen. Elle lui avait dit à quelle point une sortie de la zone Euro serait préjudiciable pour sa société obligée d'importer des peaux d'Europe du nord. Elle estime avoir été diffamée et inondée d'insultes pendant plusieurs jours après l'émission sur les réseaux sociaux.

On insulte pas les gens parce qu'ils vous ont apporté une contradiction !"

Elle a notamment été accusée d'être une comédienne payée par France 2 pour jouer les chefs d'entreprise face à Marine Le Pen. Si elle a bien eu une carrière sur les planches, elle a changé de vie en reprenant la direction de l'entreprise de son père, depuis déjà plusieurs années. Certains sur internet ont aussi tenté de discréditer l'entreprise via les commentaires sur le moteur de recherche Google. Un internaute a aussi fait un montage à partir de Google Maps pour faire croire que la tannerie avait mis la clé sous la porte. Elle a déposé quatre plaintes avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges, pour diffamation. Elle a aussi déposé plainte pour diffamation, insultes, et atteinte à l'image de son entreprise auprès du procureur de Limoges.

Entendue ce lundi par la police judiciaire, elle a décidé de sortir de son silence : "je suis issue de la société civile. Lors de cette émission, je dis juste de faire attention à la sortie de l'Euro, que c'est dangereux pour les entreprises comme la mienne. Je ne vois pas là un sujet à me faire insulter, discréditer, diffamer, je n'ai pas compris. Et après, je ne l'ai pas admis. On est en démocratie, dans un état de droit. Il y a des règles. Il semblerait que la plupart des gens aient admis que ces règles ne s’appliquent pas sur internet. Ils pensent que l'on peut insulter qui on veut, quand on veut. Et bien non. Ce n'est pas ma France. Ma France, c'est un endroit où il y a la liberté d'expression, où l'on peut aller à un débat démocratique sans que derrière, on m’insulte, on me diffame, on diffame mon entreprise et on atteigne mon image. Ceux qui, derrière leur ordinateur, ignoraient les lois, vont les connaitre. On insulte pas les gens parce qu'ils vous ont apporté une contradiction lors d'un débat démocratique."

Beaucoup de soutiens aussi à Bellac et sur internet

Nathalie Gal, choquée par ce déferlement de haine sur internet, a aussi reçu beaucoup de soutien, que ce soit en Limousin ou sur internet où nombreux sont ceux qui ont passés des heures à rétablir la vérité sur les réseaux sociaux. Elle tient à les remercier et si elle parle de tout cela entre les deux tours de l'élection présidentielle, c'est qu'elle ne pouvait pas en parler avant. La justice prend du temps. Elle n'a été auditionnée que lundi par la police judiciaire de Limoges. Et si elle n'attend pas la fin de l’élection pour le faire, c'est aussi pour faire passer un message à Marine Le Pen et ses soutiens, qu'elle devienne présidente ou pas :"Je n'ai pas peur, Je suis forte" !

Choix de la station

France Bleu