Faits divers – Justice

Naufrage au large de Bréhat : les tourments du patron-pêcheur

Par Johan Moison, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel vendredi 13 octobre 2017 à 9:39

Le matelot avait été hélitreuillé. Son décès avait été constaté à son arrivée à l'hôpital Yves Le Foll de Saint-Brieuc.
Le matelot avait été hélitreuillé. Son décès avait été constaté à son arrivée à l'hôpital Yves Le Foll de Saint-Brieuc. © Maxppp -

Il y a un an, le 12 octobre 2016, le naufrage d'un coquillier au large de l'île de Bréhat dans les Côtes d'Armor coutait la vie à un matelot âgé de 44 ans. Le procureur de la république de Saint-Brieuc a requis 18 mois de prison avec sursis à l'encontre du patron-pêcheur jugé ce jeudi.

Depuis ce naufrage, le patron-pêcheur "très profondément affecté" selon son avocat, a changé de métier, il n'a pas remis les pieds sur un bateau. Une question le hante : pourquoi ai-je touché cette roche ? Une erreur de ma part ou un de mes appareils qui a sauté, j'aimerais savoir !

Les gilets de flottaison enlevés

Ce jour-là, vers 11h30, il décide d'écourter la pêche car le temps se dégrade. Pilote automatique, cap direct sur le port de Saint-Quay-Portrieux. Le patron et son matelot qu'il vient d'embaucher sont dans la cabine, ils ont enlevé leurs cirés et leurs gilets de flottaison. "Je ne comprends pas pourquoi ils ne les portent pas en permanence", s'emporte le procureur. Soudain, le coquillier heurte un rocher "dans une zone réputée extrêmement dangereuse". Immédiatement, le patron lance un appel à l'aide à la radio. "Personne ne l'a entendu", remarque la présidente. "Vous auriez dû utiliser le canal 16 réservé aux secours". "Oui mais ça, ce sont les théories, je crois que vous ne réalisez pas à quelle vitesse le bateau a coulé, coupe le prévenu**.

Le matelot savait-il nager ?

Le patron-pêcheur se hisse dans le radeau de survie, son matelot s'éloigne avec une bouée. Un chalutier récupère le patron, sain et sauf, au bout d'une demie-heure. Le matelot au bout de 45 minutes, la bouée autour de la taille pas la tête dans l'eau. Est-ce-que vous lui avez demandé s'il savait nager lorsque vous l'avez embauché ? interroge la présidente. "Non, ses papiers étaient règle et c'était un marin aguerri".