Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On ne ne me rendra pas ma fille", le cri du cœur de la maman de Laurie, tuée par son ex-compagnon à Nîmes

-
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Alors qu'un procès s'ouvre à Nîmes ce jeudi, celui de son ex-compagnon, la famille de Laurie se confie sur France Bleu Gard Lozère. Laurie, 28 ans, a été tuée en janvier 2018, en plein centre-ville.

Nicole et Charles Tercero, les parents de Laurie, et Béatrice Bertrand (au milieu) la présidente du CIDFF à Nîmes (centre d'information sur les droits des femmes et des familles)
Nicole et Charles Tercero, les parents de Laurie, et Béatrice Bertrand (au milieu) la présidente du CIDFF à Nîmes (centre d'information sur les droits des femmes et des familles) © Radio France - Mélodie Viallet

Laurie avait 28 ans quand elle a été tuée par son ex-compagnon, le père de sa fille. Quand le drame s'est produit, elle était venue à Nîmes le rejoindre ; il travaillait sur un chantier. Laurie était originaire de l'Aveyron. Le 17 janvier 2018, Laurie est poignardée en plein centre-ville rue Massillon près du Musée des Beaux Arts. Le procès de son ex-compagnon débute ce jeudi aux Assises du Gard, à Nîmes.

"On ne peut pas perdre un enfant comme ça (...) on ne me la rendra pas" - Nicole Tercero, la maman de Laurie

Le drame a eu lieu en pleine nuit, vers 3h du matin. La jeune femme a reçu six coups de couteau. C'est son propre compagnon qui l'avait amenée aux urgences du CHU Carémeau. Elle est décédée quelques minutes après des suites de ses blessures. Son compagnon, lui aussi âgé de 28 ans, avait été immédiatement placé en garde à vue. Devant la police, il a reconnu les faits. Le couple était séparé depuis plusieurs mois, mais tous les deux étaient restés en contact car ils avaient un enfant de 5 ans.  

Un cas malheureusement "classique" selon Béatrice Bertrand. La directrice du CIDFF de Nîmes (Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles) explique que"le féminicide a lieu dans 75% des cas au moment de la séparation. Et c'est ce qu'il s'est passé pour Laurie. On sait également que dans 60% des cas, il y avait des violences conjugales."

"Laurie avait énormément de caractère. On n'a pas vu, on ne s'est pas rendu compte (...) quand elle était frappée, quand elle était marquée, on ne le voyait pas" - Nicole Tercero, la maman de Laurie

Une marche blanche

Ce jeudi matin, à l'appel du CIDFF et de la famille de Laurie, une "marche blanche" est organisée à partir de 7h45 à Nîmes place des Arènes. Le cortège doit se rendre au 5 rue Massillon, l'endroit précis où la jeune femme a été poignardée. Une minute d'applaudissements y sera organisée pour rendre hommage à la jeune fille. Une gerbe de fleurs et une plaque éphémère seront aussi déposées à l'endroit du drame. Près de 70 personnes vêtues d’un tee-shirt avec la photo de Laurie devraient être présentes.

Le verdict du procès est attendu vendredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess