Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

"On ne peut pas mettre des hommes devant chaque église de France" estime l'évêque de Grenoble-Vienne

mercredi 27 juillet 2016 à 19:52 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère

Selon l'évêque de Grenoble-Vienne (Isère), Guy de Kerimel, il est impossible de poster l'armée, la police ou la gendarmerie devant chaque église de France, après l'attentat qui a touché la communauté catholique de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

L'évêque de Grenoble-Vienne, Guy de Kerimel.
L'évêque de Grenoble-Vienne, Guy de Kerimel. © Maxppp -

Grenoble, France

Pour la première fois en France, l'Eglise catholique a été visée par un attentat djihadiste, revendiqué par le groupe Etat islamique. Depuis mardi matin, l'attentat dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) et le meurtre de ce curé de 85 ans, dans une église près de Rouen, toute la communauté, les religieux et les fidèles, est choquée.

Mercredi, les responsables de tous les cultes en France ont été reçus par le président de la République, et ils ont demandé des moyens supplémentaires pour la sécurité devant tous les lieux de prières.

Nous sommes tous en danger, nul n'est à l'abri et ça peut arriver n'importe où. (...) Mais on ne va pas s'enfermer dans les églises (...) Si nous voulons vivre normalement, il nous faut prendre des risques

Guy de Kérimel, évêque de Grenoble

Mais Guy de Kérimel, l’évêque de Grenoble-Vienne, rejoint la position de l'évêque de Rouen. On ne peut pas poster une patrouille devant chaque église de France et il faut vivre avec ce risque, selon lui.

"Je ne veux pas cultiver la peur et le repli. Nous sommes tous en danger, nul n'est à l'abri et ça peut arriver en Isère et n'importe où en France ; dans un village comme une grande ville. Mais pour autant il faut vivre.

Donc je ne demande pas au préfet de renforcer la sécurité dans les lieux de cultes. Si nous avons des rassemblements nous préviendrons la préfecture. On ne va pas s'enfermer dans les églises, tout verrouiller en permanence. Mais si nous voulons vivre normalement, il nous faut prendre des risques."

Jeudi soir, la messe de paix qui doit se tenir à Notre- Dame de Grenoble, à partir de 18 h 45 sera tout de même sous haute sécurité. Elle sera suivi d'un rassemblement inter-religieux.