Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Poursuivie pour diffamation par Pôle Emploi, une cheffe d'entreprise est relaxée à Nice

-
Par , , France Bleu Azur

Après trois ans de bataille juridique, Karine Vasseur est relaxée. La cheffe d'entreprise parisienne était poursuivie par Pôle Emploi pour diffamation à cause de tracts distribués à Nice en 2016.

Le Tribunal de Nice dans la vieille ville.
Le Tribunal de Nice dans la vieille ville. © Radio France - Laurent Vareille

Nice - France

Le tribunal correctionnel de Nice a relaxé Karine Vasseur ce mercredi. La cheffe d'entreprise de 53 ans était poursuivie depuis trois ans par Pôle Emploi pour diffamation. En 2016, à Nice, elle avait distribué 300 tracts vantant les mérites de ses compétences en coaching et minimisant les compétences de Pôle Emploi. Sur les prospectus, on pouvait lire : "Pôle Emploi ne vous aide pas ? Confiez votre recherche à un spécialiste". L'administration avait alors saisi la justice.

La justice a jugé ce mercredi qu'il n'y a pas eu diffamation, après trois ans de bataille juridique. Trois longues années d'inquiétude pour Karine Vasseur. Pour se défendre, cette cheffe d'entreprise parisienne a dû dépenser beaucoup d'argent et geler son projet d'antenne sur Nice. Dans cette affaire, Pôle Emploi réclamait un euro de dommages et intérêt et 3.600 euros de frais de justice. Le ministère public avait lui choisi de ne pas prendre parti lors de l'audience. Finalement, ce mercredi le délibéré est tombé pour le plus grand soulagement de Karine Vasseur, relaxée : "c'est logique parce qu'il n'y avait pas d'intention de nuire, de propos désagréables sur Pôle Emploi".

"Je suis très soulagée parce que c'est une procédure qui a duré presque trois ans et qui m'a beaucoup affectée à titre personnel, professionnel et financier"

La coach en recrutement décide de contre-attaquer désormais. Elle veut à son tour porter plainte contre Pôle Emploi, pour dénonciation calomnieuse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu