Faits divers – Justice

Nicolas Bonnemaison a bien respecté la loi Leonetti, selon son avocat

Par Olivier Uguen et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque mercredi 11 juin 2014 à 6:00

Nicolas Bonnemaison ici accompagné de son avocat Arnaud Dupin en septembre 2011
Nicolas Bonnemaison ici accompagné de son avocat Arnaud Dupin en septembre 2011 © Maxppp

EUTHANASIE. Alors que le docteur Bonnemaison comparait dès ce mercredi aux Assises de Pau pour "empoisonnement" de sept personnes âgées en fin de vie, son avocat estime au micro de France Bleu Pays Basque que "la façon dont il a traité ses patients a apaisé tout le monde et a surtout respecté ce qui est autorisé" par la loi Leonetti.

tous nos articles sur le procès Bonnemaison

Nicolas Bonnemaison encourt la prison à perpétuité pour avoir abrégé la vie de sept de ses patients, entre mars 2010 et juillet 2011, au sein de l'unité qu'il dirigeait au centre hospitalier de Bayonne. L'urgentiste est accusé d’avoir agi en dehors du cadre de la loi Leonetti sur la fin de vie, en utilisant des produits à base de curare, dont l’usage est très encadré, sans respecter la procédure collégiale prévue par la loi. Faux, répond son avocat, Maître Arnaud Dupin.

"C'est un homme qui se sent particulièrement humilié d'avoir à se retrouver devant une Cour d'assises , explique-t-il au micro de Paul Nicolaï. "Il livrera sa version des faits " au cours de ce procès prévu pour durer jusqu'au 27 juin. "Aujourd'hui il existe en France une loi. Il faudra voir si cette loi a été respectée ". 

Dr Bonnemaison a "respecté ce qui est autorisé "

"On sait aujourd'hui que cet homme est un grand humaniste et que c'est avant tout un médecin. La façon dont il a traité ses patients a apaisé tout le monde et a surtout respecté ce qui est autorisé ". L'avocat se dit confiant. "Je n'ai aucune crainte à ouvrir ce dossier, bien au contraire ", estime-t-il.

Le procès Bonnemaison ouvre ce mercredi devant la Cour d'assises des Pyrénées Atlantiques, sur fond de vif débat sur la fin de vie en France, et alors que François Hollande a souhaité en janvier dernier une évolution de la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie.

À LIRE AUSSI ► Jean Leonetti favorable à "une amélioration" de sa loi sur la fin de vie ► Euthanasie : tout savoir le procès Bonnemaison

"La façon dont" Nicolas Bonnemaison "a traité ses patients a apaisé tout le monde et a surtout respecté ce qui est autorisé"