Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nicolas Sarkozy en garde à vue dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007

mardi 20 mars 2018 à 8:42 - Mis à jour le mardi 20 mars 2018 à 9:34 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce mardi au matin dans le cadre de l'enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle victorieuse de 2007. L'ancien chef de l'Etat est entendu dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Nicolas Sarkozy, le 22 novembre 2017.
Nicolas Sarkozy, le 22 novembre 2017. © AFP - Guillaume Souvant

La campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007 a-t-elle profité d'un financement libyen ? Selon Mediapart et Le Monde, qui ont révélé l'information, c'est la première fois que l'ancien chef de l'Etat est entendu dans le cadre de cette affaire depuis l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2013. 

Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue mardi matin dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine). Sa garde à vue peut durer jusqu'à 48 heures.

Sarkozy a toujours formellement démenti

Les magistrats étudient la piste d'un possible financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, il y a plus de dix ans, par la Libye de Mouammar Kadhafi. 

L'enquête porte sur des chefs de corruption active et passive, trafic d'influence, faux et usage de faux, abus de biens sociaux et blanchiment, complicité et recel de ces infractions. 

L'ex-président français, qui a quitté le pouvoir en mai 2012, a toujours formellement démenti les faits allégués notamment par un autre homme de réseaux, le franco-libanais Ziad Takieddine.

Brice Hortefeux entendu en audition libre

Brice Hortefeux, l'ancien ministre de l'Intérieur sous Nicolas Sarkozy, était également entendu ce mardi en audition libre dans le cadre de cette enquête.

  - Visactu
© Visactu