Faits divers – Justice

Nieppe : des policiers français interpellent... des policiers belges !

Par Anne-Claire Gauchard, France Bleu Nord et France Bleu mercredi 21 septembre 2016 à 18:54 Mis à jour le jeudi 22 septembre 2016 à 7:04

Les policiers belges ont été entendus plus de 3h au commissariat d'Armentières
Les policiers belges ont été entendus plus de 3h au commissariat d'Armentières © Maxppp - Sebastien JARRY

Deux policiers belges ont été interpellés mardi soir à Nieppe par la police française. Dans leur camion, ils transportaient 13 migrants ! Les fonctionnaires d'Ypres ont été entendus plus de 3 heurs au commissariat d'Armentières.

Les faits rappellent étrangement le scénario du film de Dany Boon, "Rien à Déclarer".

Au départ, les policiers belges interviennent dans la matinée de mardi, sur leur territoire, à la demande d'un routier qui a entendu des bruits étranges en provenance de son camion. Les fonctionnaires découvrent 13 migrants, dont 3 mineurs, qui tentaient de rejoindre Calais puis l'Angleterre.

Après les avoir interrogés à Ypres, les policiers, n'écoutant que leur bon coeur, décident de rapprocher les migrants de leur objectif. Ils conduisent donc le groupe à quelques mètres à peine de la frontière, mais en France cette fois !

"On voulait seulement donner un coup de main" - Le commissaire d'Ypres

"On a pas fait ça pour de l'argent, on voulait seulement donner un coup de main" explique le commissaire d'Ypres, Georges Aeck, à nos confrères de la RTBF.

Les autorités françaises n'ont pas franchement apprécié la démarche. Elles ont exprimé "leur plus vive réprobation" évoquant une " initiative qui n’est pas conforme aux pratiques habituelles de travail entre la France et la Belgique". Les faits ont notamment été évoqués mardi après-midi, lors d'une réunion du comité de suivi des accords de Tournai. Ils portent sur la coopération transfrontalière en matière policière et douanière.

Les policiers belges  ont été entendus plus de 3 heures au commissariat d'Armentières. Les migrants eux ont été dirigés vers un centre de rétention administrative, les mineurs placés en foyer.