Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Niort : Il s'enfuit du tribunal pour éviter la prison

mardi 28 novembre 2017 à 17:02 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

Audience mouvementée ce mardi matin au tribunal correctionnel de Niort. Un jeune homme de 23 ans s'est enfuit alors qu'il venait d'être condamné à une peine de prison avec mandat de dépôt.

Le fuyard comparaissait pour violences conjugales au tribunal correctionnel de Niort
Le fuyard comparaissait pour violences conjugales au tribunal correctionnel de Niort © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

L'homme de 23 ans est arrivé libre ce mardi matin à cette audience à juge unique du tribunal correctionnel de Niort. On lui reproche des violences envers sa compagne, en récidive. Il s'explique sans incident. Le tribunal le condamne à une peine de 18 mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Cela veut dire qu'il doit être incarcéré immédiatement. Mais le temps que le président du tribunal notifie sa décision, l'homme de 23 ans se fait la malle. L'escorte de police n'était pas encore arrivée.

Pas de fonctionnaire de police à ce type d'audience

"Faute d'un nombre de fonctionnaires suffisant au commissariat de Niort, leur présence n'est pas systématique", indique le tribunal de grande instance de Niort dans un communiqué. Ils sont présents lors des Assises ou des audiences correctionnelles susceptibles de causer un trouble à l'ordre public. Le président de la juridiction avait pré-alerté les services de police, "comme il est d'usage quand un mandat de dépôt est prononcé à l'encontre d'un individu comparaissant libre", poursuit le TGI. Quant aux agents de sécurité du tribunal, "ils ne possèdent aucun pouvoir coercitif".

Deux gendarmes qui se trouvaient là car ils étaient partie civile dans une autre affaire ont bien essayé de l'intercepter. Mais sans succès. Les recherches pour retrouver le fuyard se poursuivent. Le parquet de Niort a ouvert une enquête.