Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Noisiel : une association d'aide aux détenus musulmans bientôt dissoute

vendredi 28 octobre 2016 à 13:20 Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris et France Bleu

Le ministère de l'Intérieur a lancé jeudi une procédure de dissolution contre une association d'aide aux détenus musulmans, basée à Noisiel, en Seine-et-Marne. L'association, jugée trop proche de l'islam radical, dénonce une décision "injuste".

prison (photo d'illustration)
prison (photo d'illustration) © Maxppp - JVALeipzig

Noisiel, France

Le ministère de l'Intérieur a lancé jeudi une procédure de dissolution contre une association d'aide aux détenus musulmans, jugée proche de l'islam radical, et dont les avoirs ont dans le même temps été gelés, selon les informations de nos confrères de Franceinfo.

"Une décision injuste" selon l'association

Basée à Noisiel, en Seine-et-Marne, l'association Sanâbil se charge officiellement d'aider les détenus musulmans pendant et après leur incarcération, grâce à un soutien "moral, financier mais surtout spirituel", précise sa page Facebook. C'est toujours sur la sa page Facebook que l'association réagit ce vendredi au gel de ses avoirs : "nous est reproché entre autres, le fait de venir en aide à un certain profil de détenus ainsi qu'à leurs proches" explique le communiqué, et de poursuivre "cette décision est bien évidemment injuste car Sanäbil ne s'est jamais préoccupé des raisons d'incarcération, bien souvent, nous n'en connaissions même pas la cause."

Plusieurs de ses membres font l'objet d'assignation à résidence depuis les attentats. C'est notamment le cas de son cofondateur, Antho Bolamba, ancien informaticien né au Zaïre, proche de la communauté salafiste de Toulouse à laquelle appartiennent les frères Clain, qui ont revendiqué les attentats du 13 novembre.

La dissolution de l'association devrait être prononcée par décret à l'issue de la procédure, en Conseil des ministres.