Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Noisy-le-Grand : le principal du collège international soupçonné d'agression sexuelle

samedi 2 juin 2018 à 12:40 - Mis à jour le samedi 2 juin 2018 à 15:53 Par Marc Podevin, France Bleu Paris et France Bleu

Une enquête pour violation de domicile et agression sexuelle a été ouverte par le parquet de Bobigny. Elle fait suite aux plaintes déposées par deux surveillantes de l'internat du collège international de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Le principal de l'établissement est mis en cause.

Police nationale (illustration)
Police nationale (illustration) © Radio France - Rémi Brancato

Noisy-le-Grand, France

De nouveaux éléments sur les plaintes de deux surveillantes de l'internat du collège international de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). France Bleu Paris les évoquait dès ce vendredi 1er juin. On sait désormais qu'il s'agit de plaintes pour agression sexuelle, et que le principal de l'établissement est l'un des deux mis en cause. Le second est son adjoint gestionnaire.

Des gestes déplacés à l'égard d'une surveillante

Dans la nuit du 24 au 25 mai dernier, le principal est alcoolisé, tout comme son adjoint gestionnaire. Les deux hommes tentent d'abord d'entrer dans la chambre d'une des deux surveillantes. Ils n'y parviennent pas, alors ils essayent de s'introduire dans la chambre de l'autre assistante d’éducation, affectée à la surveillance de nuit dans l'internat. Cette fois-ci, il réussissent. Dans la foulée, ils ont des gestes déplacés à l'égard de cette femme.

Un soutien apporté aux deux femmes

Les deux surveillantes ont porté plainte le lendemain. Le rectorat indique que ces deux femmes bénéficient toutes les deux d'une protection et d'un accompagnement. Le principal et son adjoint gestionnaire sont eux en arrêt maladie depuis les faits.