Faits divers – Justice

Non-lieu dans l'affaire "Casti", ce supporter montpelliérain blessé par un tir de flashball en 2012 à la Mosson

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault mardi 7 novembre 2017 à 17:18

Maitre Corbier, avocat du supporter blessé
Maitre Corbier, avocat du supporter blessé © Maxppp -

La justice estime que les policiers ont agi en état de légitime défense en tirant sur un jeune supporter du club de foot de Montpellier en 2012 en marge d'un match de foot, Florent Castineira avait perdu un oeil. Son avocat fait appel de ce non-lieu.

Après cinq années de procédure, la juge d'instruction en charge de l'affaire "Casti", du nom de ce supporter montpellierain éborgné en marge d'un match du MHSC, a décidé de rendre un non-lieu en faveur du policier qui lui avait tiré dessus avec un flash-ball.

Le 21 septembre 2012, juste avant un match de championnat entre Montpellier et Saint-Etienne, le supporter, Florent Castineira, surnommé Casti, avait reçu en plein dans l’œil un tir de flash-ball, tiré par un policier qui intervenait alors que la police était elle-même victime de violences de la part de plusieurs supporters. Il a depuis, perdu l'usage de son œil. Au moment des faits, la victime ne participait pas aux violences. Le jeune homme était installé à la table d'une buvette.

Il n'y a donc plus aucune poursuite dans cette affaire. Ni à l'encontre du policier, ni à l'encontre des supporters qui n'ont jamais été réellement identifiés. Car la justice considère que le policier a agit en état de légitime défense.

"Florent Casti est victime d'un déni de justice"

Maitre Michael Corbier, l'avocat de Florent Castineira, n'est pas vraiment surpris par ce non lieu. Il s'y attendait depuis le début : "Y a jamais eu de gardes à vue dans ce dossier concernant les supporters, donc on sait que les violences supposées sur les policiers sont un prétexte pour justifier la légitime défense.

On constate qu'après avoir été victime d'une violence policière, Florent Casti est aujourd'hui victime d'un déni de justice qui l'affecte au plus profond de son être, car il a perdu un œil. Plutôt que de reconnaître qu'il s'agit d'un bavure, on se réfugie derrière des prétextes juridiques qui ne sont pas le reflet de la réalité".

Maitre Corbier

"Cette affaire pose aussi le problème de l'usage des flashball"

"La justice ne reconnaît aucune responsabilité dans cette mutilation, mais au delà cela pose le problème de l'usage des armes telles que les flashball, lanceur de balles de défense, grenades de dés-encerclement. Pour nous la BAC n'avait rien à faire aux abords du stade de la Mosson un soir de match".

Maitre Corbier