Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Non-lieu pour deux policiers de la BRI accusés de viol par une touriste canadienne en 2014

mercredi 20 juillet 2016 à 15:03 Par Philippe Thomain, France Bleu Paris

Les juges d'instruction ont prononcé le non-lieu pour les deux policiers de la BRI -Brigade de Recherche et d'Intervention- poursuivis dans l'enquête sur le viol d'une touriste canadienne en 2014 dans les locaux de police judiciaires 36, quai des Orfèvres, à Paris.

36, quai des Orfèvres
36, quai des Orfèvres © Radio France

Paris, France

Deux policiers de la BRI étaient poursuivis dans l'enquête sur le viol d'une touriste canadienne en 2014, à l'intérieur même de la police judiciaire parisienne du 36, quai des Orfèvres. Les faits remontent au 22 avril 2014. Des policiers se lient avec une jeune femme dans un pub irlandais. Un peu plus tard, en pleine nuit, des policiers hors service lui font visiter ce fameux 36, quai des Orfèvres. C'est suite à cette visite que cette jeune femme de 34 ans porte plainte pour viol.

Entendus par la justice, l'un des policiers évoquait une relation sexuelle "consentie", l'autre niait tout rapport sexuel. Des empreintes génétiques de ces deux policiers, tous deux membres de la BRI, avaient été retrouvées sur les sous-vêtements de la jeune femme, ainsi qu'une troisième, inconnue.

Un non-lieu pour ces deux policiers décidé par les juges d'instruction suite aux "contre-vérités et incohérences dans les déclarations de la plaignante" selon l''avocat de l'un des policiers. Une décision de non-lieu alors que le parquet avait demandé le renvoi de ces deux hommes devant les assises pour "viol en réunion", parquet qui peut encore faire appel de cette décision de non-lieu.