Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Non-lieu pour Sarkozy dans l'affaire Bettencourt

- Mis à jour le -
Par France Bleu Gironde

Les juges bordelais chargés de l'affaire Bettencourt ont décidé de prononcer un non-lieu pour l'ancien président de la République, dans le volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt. Considérant que les charges contre Nicolas Sarkozy étaient trop ténues, ils n'ont pas même souhaité attendre la décision de la Cour de Cassation.

Les juges ont estimé que les charges ne sont pas suffisantes pour maintenir la mise en examen de Nicolas Sarkozy
Les juges ont estimé que les charges ne sont pas suffisantes pour maintenir la mise en examen de Nicolas Sarkozy © Maxppp

Mise à jour 18h40 : Nicolas Sarkozy a réagi sur son profil Facebook :

La réaction de Nicolas Sarkozy après le non-lieu
La réaction de Nicolas Sarkozy après le non-lieu

L'ex-Président de la république n'aura pas à comparaître devant le tribunal correctionnel. Les juges chargés de l'affaire Bettencourt, Jean-Michel Gentil et Valérie Noël, ont prononcé ce lundi matin un non-lieu pour l'ancien président, mis en examen pour "abus de faiblesse" sur l'héritière de l'empire L'Oréal, Liliane Bettencourt. 

Les magistrats ont estimé que les éléments de preuves pouvant être retenus contre Nicolas Sarkozy n'étaient pas suffisants pour maintenir sa mise en examen. Car si des "indices" étaient bien existants, les "charges", elles, étaient trop ténues : or ce sont ces dernières, et elles seuls, qui, en droit, peuvent justifier un renvoi devant le tribunal. 

Les dix autres mises en examen maintenues

Pourtant, le 24 septembre dernier, les juges de la Cour d'Appel de Bordeaux avaient décidé que Nicolas Sarkozy devait rester mis en examen : les demandes de nullité de l'ancien chef d'Etat, pour procédure non valide, n'avaient pas été prises en compte. Nicolas Sarkozy et Eric Woerth avaient choisi, dans la foulée, de se pourvoir en cassation pour obtenir la remise en cause de ce volet de l'instruction.

La réaction de Nadine Morano, qui estime que c'est "une bonne nouvelle qui n'étonne pas " :

Finalement, les juges d'instruction ont choisi d'eux-mêmes d'abandonner la procédure contre Nicolas Sarkozy. En revanche, dix autres mis en examen, dont Eric Woerth, François-Marie Banier, Stéphane Courbit, et Patrice de Maistre, restent mis en examen. 

La droite, sur les réseaux sociaux, s'est félicitée de cette décision : "Le non-lieu est une très bonne nouvelle, notre pays a besoin de Nicolas Sarkozy ", a déclaré le maire de Nice, Christian Estrosi. 

Affaire Bettencourt : non-lieu pour Nicolas Sarkozy
Affaire Bettencourt : non-lieu pour Nicolas Sarkozy
Choix de la station

À venir dansDanssecondess