Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Non, un mouton n'a pas été maltraité pendant un anniversaire dans le Jura, selon le procureur de la République

-
Par , France Bleu Besançon

L'enquête est terminée, après la diffusion d'images d'un mouton mort, pendant un anniversaire dans le Jura. Oui, cette soirée a bien eu lieu et les images sont authentiques. Mais non, le mouton n'a pas été maltraité ni torturé, selon le procureur de la République de Lons-le-Saunier.

L'enquête des gendarmes a permis d'élucider l'affaire.
L'enquête des gendarmes a permis d'élucider l'affaire. © Maxppp - maxppp

Non, un mouton n'a pas maltraité pendant un anniversaire dans le Jura, samedi 27 mars ! L'enquête judiciaire est terminée et elle a permis d'élucider les faits, après la diffusion d'images sur les réseaux sociaux, qui ont provoqué des réactions vives et nombreuses. On y voit la dépouille d'un mouton, peint avec des couleurs vives, et un jeune qui pose devant, les pouces levés. Ces photos et vidéos sont bien authentifiées, elles ont effectivement été tournées dans le Jura samedi soir. Mais l'animal n'a subi aucune maltraitance. France Bleu Besançon retrace le fil de cette soirée.

Le mouton n'a subi aucun acte de cruauté"- Lionel Pascal, procureur de la République

Pour cet anniversaire, des copains décident d'offrir un mouton en cadeau. Ils peignent l'animal et se rendent à la fête, mais en voyant son cadeau, le jeune le refuse et demande au groupe de rapporter le mouton. L'animal est placé dans une cage pour chien de chasse, le temps de la soirée. A la fin de cette fête bien arrosée, un des invités décide, tout seul, de préparer un méchoui. Il tue le mouton avec un couteau de chasse, "le plus proprement possible" souligne le procureur de la République de Lons-le-Saunier, Lionel Pascal, qui écarte toute torture, sévices ou maltraitance. "Le mouton n'a subi aucun acte de cruauté" précise le procureur. Le jeune n'avait aucune volonté de faire souffrir l'animal, et n'en tirait aucun plaisir.

Un mauvais buzz immédiat

Le matin, un des convives se réveille, alcoolisé, voit le mouton mort et prend une photo, celle avec les pouces levés. Il publie l'image sur les réseaux sociaux : le buzz est immédiat... et face aux très nombreux partages et réactions, l'invité renonce au méchoui. Ce jeune d'une vingtaine d'années laisse l'animal dans le jardin, sous des branches. 

Deux infractions retenues

Une enquête judiciaire est ouverte, les gendarmes retrouvent rapidement les participants à la soirée et donc l'invité qui a tué le mouton. Aussitôt, ce jeune reconnaît les faits, et le corps du mouton est retrouvé. Deux infractions sont retenues contre lui : le fait d'avoir tué l'animal sans nécessité et le fait de l'avoir tué sans l'assommer auparavant. Il est convoqué devant le tribunal de police de Dole au mois de mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess