Faits divers – Justice

Nord : une mère jugée pour le meurtre de sa fille de 3 ans, jetée dans une rivière

Par Eric Turpin et Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord et France Bleu jeudi 29 octobre 2015 à 10:44

C'est à cet endroit que la mère aurait jeté sa fille dans la Deûle
C'est à cet endroit que la mère aurait jeté sa fille dans la Deûle © Maxppp - Pierre Le Masson

Une femme de 34 ans est jugée à partir de jeudi à Douai pour le meurtre de sa fille de 3 ans. Elle avait glissé son enfant dans un sac poubelle avant de la jeter dans la Deûle en août 2013.

Une mère de 34 ans comparait à partir de jeudi devant les assises du Nord à Douai pour l'assassinat de sa petite fille de 3 ans.  En août 2013, elle l'avait glissée dans un grand sac plastique avant de la jeter dans la Deûle à Lille, près de la citadelle. La petite fille était morte par asphyxie, et la femme très fragile psychologiquement avait été interpellée le long du canal.

Cette musicienne, originaire de Fourmies dans le Nord, élevait seule son enfant. Elle avait peur qu'elle soit placée par les services sociaux. Elle avait été signalée pour des violences qu'elle aurait exercées sur sa fille. Les cris de l'enfant sont évoqués, d'éventuels problèmes de nutrition et une relation mère fille jugée trop fusionnelle. 

Elle avait peur qu'on lui retire sa fille

Pendant un certain temps, la jeune femme accepte la venue d'une travailleuse sociale chez elle, mais assez rapidement; elle refuse ses services. Elle est donc convoquée par un juge des enfants, qui la met en garde : si elle ne collabore pas, son enfant peut être placée.

C'est à ce moment là que la mère perd complètement pied. Elle ne supporte pas l'idée que sa fille puisse être placée. Elle a encore une fois l'impression d'être jugée. Mais au lieu de se faire aider, de prévenir ses parents, elle décide que personne ne pourra lui retirer son enfant à part elle. 

Elle achète alors un grand sac plastique. Quelques semaines plus tard, elle monte à Lille avec sa petite fille,  fait avec elle tout ce qu'elle aime :  comptines, zoo, mac do. Et elle la jette dans la Deûle. Selon les experts psychiatriques ,malgré une très large abolition de son discernement, elle est responsable de ses actes.

Le procès se tient jusqu'au mercredi 4 novembre 2015.